Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tata-Georgette

Voir Montbrun-Bocage et s'enrhumer...

3 Décembre 2013 , Rédigé par Tata Georgette

L'affiche était avenante, pimpante. J'y suis donc allée d'un pas léger et le cœur allègre.

Et voilà que je me suis retrouvée à patauger dans un champ boueux, à errer d'une tente à l'autre à la recherche d'un organisateur pour savoir où auraient lieu les ateliers qu'on m'avait demandé d'animer. Il y avait bien une sorte de tente ouverte à tous vents, avec quelques tables et des bancs épars, mais je n'imaginais pas qu'on puisse proposer des ateliers «crochet» dans un lieu pas chauffable (en dépit d'une soufflerie entêtante) un premier décembre, alors que le crochet est une activité assise, assez statique. De plus, les ateliers n'étaient pas annoncés, affichés nulle part, parce qu'il est «impossible d'indiquer une heure», selon la personne qui m'a enfin renseignée (quoique l'on n'ose pas vraiment employer ce mot), à charge pour les visiteurs éventuellement intéressés de deviner où et quand ! Alors même qu'au cours de la semaine précédente, on m'avait bien préciser 11h et 14h... Mais il est vrai que d'autres cherchaient en vain le lieu des projections de films.

Bon ! me suis-je dit, c'est la campagne, on vit à l'heure du soleil, avec le chant du coq pour se lever le matin et le coucher du soleil pour se coucher le soir. Entre les deux, on se débrouille... Bref, les ateliers, que j'avais préparés n'ont pas eu lieu. Est-ce dommage ? je n'en suis pas persuadée.

En fait de Journées de la laine, il s'agissait d'une sorte de campement improvisé rassemblant des néo-ruraux «canal historique» sortis tout droit des années 70. Trois générations de baba-cools durables et locaux, des grands-parents en pull de laine brute non teinte aux petits-enfants en couche-culotte en chanvre bio : c'est émouvant !

Il y avait tout de même quelques exposants qui proposaient des laines ou des créations remarquables :

- deux feutrières en particulier : Françoise Euclide (de Saint-Antonin Noble-Val) qui crée des chapeaux en feutre très aériens ou Martine Thibaut (mart.thibaut.free.fr ) qui réalise de très beaux vêtements d'une seule pièce, sans couture dans des coloris très denses,

- un fabricant de laine pour isolation dans le bâtiment (dont j'ai oublié nom),

- et aussi Renaissance Dyeing, grand teinturier au goût exquis et au savoir-faire éblouissant venu se perdre au fin fond d'une tente mal éclairée (et pas chauffée non plus),

- une productrice de laine mohair extraordinairement fine.

Pour le reste nous n'avons pas vu grand-chose de remarquable, il y avait les sempiternels objets et vêtements «fait main» de style plus ou moins rustique (dans le style «j'ai garé mon mouton en double-file), de style plus ou moins folklorique (plus exactement ariègo-sud-américano-avec-un-détour-par-Katmandou), que l'on voit depuis environ cinquante ans, style qui, assez souvent, cache tant bien que mal un manque de technicité et de créativité artistique. Bref, on comprend mal ce que la filière «laine» locale peut espérer de revigorant d'une telle manifestation nostalgique et passéiste, inorganisée - et boueuse.

Bilan de la journée : un rhume féroce qui me tient encore, en plus d'une déception certaine car la laine est un matériau passionnant et exceptionnel qui mérite mieux.

L'an prochain ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :