Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Tata-Georgette

La visite du mois : un coutelier

8 Novembre 2014 , Rédigé par Tata Georgette

La sortie du mois a eu lieu vendredi 7 novembre, 18h : chez un coutelier. Hugues Bouterige-Brivady nous a très aimablement reçu dans sa boutique-atelier de la rue Boulbonne.

Il nous a longuement expliqué le monde des ciseaux, outils de couture indispensables dans nos boîtes à couture. Nous avons ainsi appris que les ciseaux ne sont pas deux lames de couteaux qui se croisent. En effet la lame de dessus, bombée vers le haut (la bancale) est légèrement incurvée pour que le point de frottement soit très précis avec la lame du dessous (la camard) en général plus étroite et de forme triangulaire. Donc en plus du tranchant de chaque lame, la qualité du point de jonction entre les deux lames est essentiel. Cette précision est possible si l'axe autour duquel sont articulées les lames n'est ni trop serré ni trop lâche.

De plus, HBB nous a fait voir toute la différence entre des lames forgées et des lames moulées. Actuellement, on trouve surtout des lames moulées, mais elles sont plus difficiles à aiguisées, voire impossibles. Il reste quelques fabricants de ciseaux à lames forgées, dont ceux de la marque Henry, de Nogent. D'ailleurs, HBB préconise de dénicher les ciseaux anciens à lames forgées dans les vide-greniers, car même s'ils sont rouillés, un peu désarticulés, il peut tout à fait les rénover, corriger la courbure de la bancale et l'axe pour en faire des bons ciseaux remis à neuf.

La France a une longue expérience en coutellerie en général, et plus particulièrement pour la fabrication des ciseaux, à Nogent. En Allemagne, la ville spécialisée pour la fabrication des ciseaux est Solingen. On trouve aussi de très beaux ciseaux japonais. Bref un choix très vaste de ciseaux de qualité.

D'une manière générale, pour pratiquer les travaux d'aiguilles, on aura plusieurs paires de ciseaux car la règle (que je clame à chaque atelier) est d'utiliser une paire de ciseaux par usage, pour chaque matériau.

Pour la couture :
- une paire de taille moyenne pour la découpe du tissu,
- une paire pour la découpe du papier, qui est beaucoup plus abrasif que le tissu et qui use donc plus les lames,
- une petite paire de ciseaux à broder, à pointe très fine,
- un coupe-fil.
Si on coupe des tissus épais, une paire de ciseaux de tailleur peut être nécessaire. Ces ciseaux ont de grandes lames assez épaisses.
Pour la maille en général : une petite paire à bouts ronds, de même que si on travaille avec des enfants.

Il est sage de ne pas forcer sur des ciseaux, ni d'essayer de les affuter soi-même, surtout s'il s'agit de lames forgées, mais de les confier à un professionnel.

Pour les gauchers : attention, la plupart des ciseaux de gaucher ont simplement une inversion des boucles pour passer les doigts mais pas d'inversion des lames. En réalité, il faut bien veiller à ce que la bancale passe à gauche et la camard à droite pour que ce soit vraiment des ciseaux de gaucher - comme par exemple ceux de la marque Solingen.

Consigne de sécurité : on présente les ciseaux à une autre personne en les tenant par les lames fermées pour lui présenter les boucles des ciseaux. De même, quand une paire de ciseaux n'est pas en main et occupée à la découpe, les lames sont fermées, les ciseaux posés sur la table, pointe vers le centre de la table. Sinon on prend le risque de transformer la séance de couture en combat d'escrime.

Voilà pour les ciseaux. Il y fut aussi question de couteaux et de diverses lames.
Merci à Hugues Bouterige-Brivady, professionnel passionné qui aime partager son savoir dans sa belle boutique où l'on est sûr d'être bien accueilli.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article