Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Tata-Georgette

Estivales du chapeau

9 Juillet 2016 , Rédigé par Tata Georgette

Le chapeau revient à la mode. D'abord, on dit qu'on n'a «pas une tête à chapeau», puis, on commence par une casquette ou un béret un jour de frimas, puis on ose le chapeau, le vrai, simple, discret. Puis on ose des formes plus audacieuses. Et ça y est, on est piqué, on a pris goût au chapeau. Bref, une soixantaine de chapeliers et modistes venus de toute la France et de l'étranger se réunissent à Caussade dans le village des modistes pour présenter leurs collections au cours des jours à venir. Il y a même un concours pour choisir les meilleurs. Ce concours compte plusieurs catégories : «Feutre» - «Fleurs et plumes» - «Paille» - «Spectacle» - Si les professionnels sont les plus nombreux à présenter leurs créations, quelques amateurs audacieux n'hésitent pas à les rejoindre, rendant ainsi hommage au savoir-faire caussadois né à l'initiative Pétronille Cantecor, en 1796, cheffe d'entreprise prospère qui commença en tressant de la paille tout en gardant ses moutons. À la fin de sa vie en 1846, Pétronille Cantecor faisait travailler plus de 300 personnes. Puis Caussade est devenu un très grand centre de production de chapeaux, qui employait environ 3 000 personnes dans une trentaine d'usines, au début du XXe siècle, avec les fameux canotiers notamment, même si l'industrie locale ne se limita pas uniquement à la paille tressée en fins rubans cousus en rond. Aujourd'hui trois fabricants chapeliers maintiennent le flambeau de la chapellerie caussadoise et produisent des chapeaux de qualité, employant pour cela 120 personnes.

Du 13 au 17 juillet 2016, à Caussade, dans le Tarn-et-Garonne. Le programme détaillé est ici. Notez que le lundi 18 sera consacré aux visites d'usines (Willy's Paris, Crambes, Coustillères) et à la visite de l'Épopée chapelière.

 

Estivales du chapeau
Estivales du chapeau

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article