Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Tata-Georgette

Kimono

4 Avril 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Musées

À partir de mercredi 5 avril, est présenté le deuxième volet de l'exposition de la collection de kimonos de la célèbre maison Matsuzakaya, fondée en 1611. C'est devenu maintenant une pratique courante dans les expositions de textiles de scinder en deux le temps de présentation de pièces anciennes qu'il convient de ménager, en raison de leur fragilité face à la lumière, à la poussière, aux variations d'humidité. Tandis que les pièces contemporaines sont présentes pendant toute la durée de l'exposition qui a commencé en février.

«Porté à l’origine comme un vêtement de dessous par l’aristocratie, avant d’être adopté par la classe des samouraïs comme vêtement extérieur, le kimono est vite devenu un vêtement usuel pour toutes les classes de la population japonaise. Il faut attendre le milieu du 19e siècle pour le voir porter en France par les élégantes en tant que vêtement d’intérieur à une époque où le goût pour le « japonisme » se retrouve chez les créateurs de mode comme Paul Poiret (1879-1944) ou Madeleine Vionnet (1876-1975). Aujourd’hui, de nombreux créateurs de mode japonais comme Kenzo Takada ou Yohji Yamamoto ou particulièrement Junko Koshino revendiquent son influence. De la même manière, Yves Saint Laurent, Jean Paul Gaultier, John Galliano ou Franck Sorbier, s’inspirent du Japon en réinterprétant les codes structurels du kimono, lui conférant une place de premier plan sur la scène artistique.» Car le kimono est un vêtement vivant au sens où de très nombreux créateurs le renouvellent perpétuellement bien qu'il conserve toujours sa forme de T.

Ces joyaux sont présentés pour la première fois hors du Japon au Musée d'art asiatique Guimet à Paris qui possède par ailleurs un très beau département d'art textile, dont l'essentiel est constitué de la collection Riboud, qui groupe presque 4 000 pièces, léguée au musée en 2003. Toute la diversité de matériaux et des techniques textiles asiatiques s'y retrouve.

Jusqu'au 22 mai 2017 -
Musée national des arts asiatiques - Guimet - 6, place d'Iéna- 75116 Paris

Pour nous autres Toulousaines, si nous ne pouvons pas aller à Paris d'ici le 22 mai, il nous reste la possibilité d'acquérir le catalogue de l'exposition «Kimomo de la géométrie architecturale» - Coédité par MNAAG et Gallimard, nombreuses illustrations - 32€ à la boutique du musée.

Kimono
Kimono
Kimono
Kimono
Kimono

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article