Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tata-Georgette

Watana

12 Décembre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Citations textiles, #Ce que fait la main, #Billet du jour

«Watana n'est pas une exception mais elle est particulièrement douée. [...] Le dispositif expérimental consiste à lui offrir [...] du matériel de nouage et de bricolage : [...] des ficelles, des cordes, des lacets, des tuteurs de jardinage et des morceaux de tissus. Aussitôt le matériel apporté, Watana se met à nouer, utilisant ses mains, ses pieds et sa bouche. Elle assemble deux bouts de ficelle, les noue puis fabrique une série de nœuds et de boucles, repasse les boucles les unes autour des autres, [...]. Elle s'en fait un collier, à deux rangées, le met autour de son cou, puis le lance en l'air plusieurs fois. Elle le ramasse enfin, et le dénoue soigneusement. [...] Dans presque tous les cas, elle défait le travail effectué. Dénouer importe autant que nouer - et, si tant est que quelqu'un en ait un jour l'idée, une archéologie des nœuds s'avère bien compromise pour les orangs-outans ; mais n'est-ce pas le problème de l'archéologie des animaux ? À l'instar du problème que rencontre l'archéologie des inventions féminines [...] Il vaut mieux inventer des armes.»

Cette citation est extraite du passionnant livre de Vinciane Despret : «Que diraient les animaux, si... on leur posait les bonnes questions ?» (publié par La Découverte/Poche, en 2014). À lire de toute urgence pour ne plus regarder les animaux du même œil. Ou se mettre au macramé comme Watana, belle orang-outan arrivée à Paris en 1998 où elle rencontra Dominique Lestel, et Chris Herzfeld qui furent intrigués pas ses talents textiles, y compris avec les pieds...

Vos prochains rendez-vous sur l’agenda...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article