Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Tata-Georgette

Saison de coton

30 Juillet 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Lectures textiles

Le coton est la fibre estivale par excellence. On en porte constamment, on a envie d'en acheter aussi et profiter de ses voyages pour faire quelques achats de métrages à coudre, jolis souvenirs de vacances. Car même dans notre monde mondialisé, globalisé, on trouve encore de belles productions locales. Il faut juste penser à ménager une petite place vide dans la valise, en prévision de ces acquisitions, ou même à faire comme une amie qui part avec une valise pleine, et une valise vide et qui revient avec les deux valises pleines...

On peut aussi profiter de l'été pour lire, par exemple celui de James Agee, illustré par les superbes photos de Walker Evans «Une saison de coton» - Ce reportage sur trois familles de métayers en Alabama, en 1936, a été publié l'an passé par Christian Bourgois. À l'origine, ce livre était un reportage commandé à ses auteurs par le magazine Fortune qui finalement ne le publia pas. En effet, l'image qu'il donnait du Sud cotonnier était assez loin de la mythologie de la prospérité américaine, d'un Sud riche, opulent et insouciant.

La suite se trouve probablement dans «Les raisins de la colère» de John Steinbeck, publié à petit tirage selon le souhait de Steinbeck qui estimait que son roman était trop choquant en décrivant la misère des métayers du coton, chassés de leur terre. Le livre fut un succès et le film aussi, tourné en 1940, avec Henry Fonda.

Lire la suite

Le Japon en Alsace

28 Juillet 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Lectures textiles

À voir absolument cet été, à Mulhouse, les deux expositions proposées par le MISE (autrement dit le Musée d'Impression sur étoffes) et toutes les deux consacrées au Japon.

Dès l'ouverture du Japon a commerce international, en 1853, d'intenses relations commerciales se sont nouées entre le Japon et Mulhouse. L'industrie mulhousienne a trouvé au Japon un renouvellement de ses thèmes d'impression et a exporté au Japon une part de sa production imprimée, notamment des mousselines de laine sur lesquelles les Mulhousiens (Thierry Mieg, les frères Heilmann, Scheurer, etc) savaient aussi bien imprimer que sur le coton, en dépit de la difficulté à travailler sur ce matériau beaucoup plus délicat que le coton. Mais les modes européennes influencent aussi la production textile japonaise.

Il était donc logique de consacrer une exposition à ces influences réciproques sur la production des textiles imprimés des deux pays «Impressions du Soleil Levant».

C'est aussi l'occasion pour le MISE d'accueillir la la plus japonaise des maisons de couture française, Léonard, avec les travaux de Daniel Tribouillard, notamment ses superbes jersey de soie imprimée.

À défaut d'aller en Alsace, le catalogue «Impressions du Soleil levant 150 ans de relations Alsace-Japon» 15€

Jusqu'au 15 octobre 2015

Le Japon en Alsace
Le Japon en Alsace
Lire la suite

Noir sur blanc

26 Juillet 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Citations textiles

Texte, du latin «texere» tisser, désigne l'ensemble des termes constituant un écrit, comme me l'indique mon bon vieux Larousse.

Textile, du latin «textilis» tissé, désigne la fabrication des étoffes, toujours selon Larousse.

Cette parenté des deux termes a inspiré à Dominique Miraille, fondateur et animateur du Musée de la Mode d'Albi, l'exposition qu'il propose cette année. Il sort des réserves, dont les collections couvrent la mode du XVIIIe siècle jusqu'aux années 1970, des vêtements tels qu'ils ont été décrits par Balzac, Apollinaire, Flaubert, Maupassant, Colette et bien d'autres. Toutes les pièces du costume y passent, des gilets d'hommes, robes, bas, etc.

Rien du vêtement n'échappe aux écrivains, dont certains sont eux-mêmes des dandys tel Baudelaire. Le textile en plus d'être étroitement lié à la langue, de par ses origines mêmes, est une partie constituante des personnages qui peuplent la littérature. Il est en effet difficile de décrire un personnage sans accorder attention au vêtement qui contribue à en éclairer le caractère, la situation sociale, l'action à laquelle il se trouve mêlé, à préciser une ambiance, à éclairer aussi  les goûts de l'écrivain.

«Attirer l’attention sur la silhouette sans que le regard soit distrait, donner envie de lire, de relire, mais aussi de découvrir certains auteurs méconnus, d’autres parfois oubliés, telles sont les intentions que j’ai eues au moment de la mise en œuvre de cette quatrième exposition(Dominique Miraille)

Sa démarche hardie  me donne l'idée d'ouvrir une nouvelle catégorie de billets qui va être nourrie peu à peu, «Citations textiles» avec des citations littéraires ayant trait au textile, piochées dans mes lectures, mais aussi dans les vôtres qui seront les bienvenues. Un peu comme un jeu de piste littéraire et textile.

 

«Noir sur blanc - noir et blanc : une autre façon de voir un texte et de lire un objet»
Musée de la Mode à Albi
Jusqu'au 27 décembre 2015

Lire la suite

Ringard ?

22 Juillet 2015 , Rédigé par Tata Georgette

Qui a dit que les napperons crochetés étaient ringards ? En tout cas, ce n'est manifestement pas l'avis d'Ashley V. Blalock qui crochète des sculptures et des installations. Voici une vue d'une exposition que cette artiste américaine a présentée à San Fransisco, en 2012. À noter qu'elle expose dans de vrais musées, pas seulement dans des salons d'ouvrages pour dames !

Ringard ?
Lire la suite

Déchets sublimés

21 Juillet 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Ça n'a rien à voir quoique..., #Explorations textiles

Prenez des bouts de lin, de coton et si possible de chanvre, touillez bien - procédez à quelques autres manipulations - et vous obtenez du papier, ainsi que cela se fait au Moulin du Got datant du XVe siècle, qui a été restauré par une équipe de passionnés. Ils ont non seulement sauvé les bâtiments mais aussi l'outil de production. Ainsi donc, le moulin produit à nouveau du papier, depuis 2003, alors qu'il avait dû stopper sa production en 1953, par manque de compétitivité et reprendre son activité qui dure depuis cinq siècles. Mais les beaux papiers sont toujours recherchés.

L'exposition «Seconde vie du papier ou le déchet sublimé» - c'est-à-dire la troisième vie du tissu - est à voir - montre comment peuvent être recyclés par des artistes de cartes routières, des emballages en papier, des journeaux, des prospectus publicitaires, bref tous les papiers que nous rencontront tous les jours. «Recyclés» n'est pas le mot le plus adapté, il vaudrait mieux dire métamorphosés, embellis.  Par un curieux retournement, les plasticiens, pour leur donner une deuxième vie, utilisent de nombreuses techniques textiles car ces papiers, premiers déchets de nos poubelles, sont découpés, collés, cousus, brodés, tissés, pliés. Mais au fait, dois-je écrire «deuxième» ou «seconde» ?

Lieu : Moulin du Got (datant du XVe siècle) - 87 Saint-Léonard de Noblat – tel 05 55 57 18 74
Jusqu'au 31 octobre 2015

 

 

Lire la suite

Encore quelques semaines...

15 Juillet 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Films textiles

Encore quelques semaines pour aller voir l'exposition «Jean Paul Gaultier» au Grand Palais, à Paris. Sinon, il reste la possibilité de regarder le DVD qui accompagne l'exposition et qui permet de voir le couturier au travail, de la matière à la forme, du dessin au vêtement, jouer avec les trompe-l'œil, les silhouettes, inventer ou réinventer des formes qui sont devenues des «classiques» sous ses doigts. Du talent, rien que du talent et fort bien filmé.

Exposition à voir jusqu'au 3 août 2015.

Le DVD : Jean Paul Gaultier travaille - par Loïc Prigent - Diffusé par RMN-GP/Arte, 2015 - durée 52 min + bonus de 30 min.

Encore quelques semaines...
Lire la suite

Retour du chariot

9 Juillet 2015 , Rédigé par Tata Georgette

Retour du chariot

Depuis plus de deux décennies, on ne trouvait de machine à tricoter que d'occasion, des modèles antiques des années 60 et 70, souvent avec des pièces manquantes ou tordues, plus ou moins empoussiérées et rouillées, et qui refaisaient surface à l'occasion d'un vide-grenier ou sur les sites de vente d'occasion, comme ebay.

Les fabricants avaient renoncer à fabriquer des machines à tricoter à usage domestique, car à usage industriel, cela existe plus que jamais pour produire tous les articles en maille de notre quotidien. Et donc, on ne trouvait plus de machine à tricoter neuve.

Et puis voilà que dans le catalogue que m'envoie obstinément Bergère de France, il y a deux modèles de machines à tricoter, la «Silver Reed LK150» et la «Silver Reed double fonture à cartes perforées pour les expertes». Tout ça «mécanique, robuste, en acier avec chariot monté sur galets pour une grande souplesse d'utilisation». Espérons qu'avec tout ce beau vocabulaire elles fassent moins de bruit que les machines des sixties qui transformait l'activité paisible et silencieuse du tricot en activité industrielle bruyante très proche du concassage des cailloux ou du trafic d'une gare de triage en heure de pointe.

N'étant pas moi-même experte en tricot à la machine (j'en ai fait juste un peu, il y a presque 40 ans... ), je ne saurai rien vous conseiller sur la question. Il me semble toutefois qu'il faut être sûre d'avoir à beaucoup tricoter pour que cela vaille le coup d'investir dans un tel achat. En effet, on amortit plus facilement une machine à coudre qui sert pour toutes sortes d'usages (réalisation et réparation, vêtement et ameublement), mais peut-être suis-je partiale ? Sans compter qu'un apprentissage est nécessaire et que l'objet est encombrant, difficilement compatible en tout cas avec une utilisation dans le train ou en vacances.

Si vous désirez approfondir le sujet, il y a l'excellent billet qui porte sur les critères de choix d'une machine à tricoter publié par «In the loop : le webzine des arts de la laine» qui, bien qu'ayant définitivement fermé l'an passé nous fait l'amitié de rester accessible en ligne. Il y a aussi le site «Passion Tricot», site certes plus désuet mais qui semble être tout à fait fiable sur le plan technique.

Enfin, à Toulouse, LA personne ressource à consulter pour tout ce qui concerne le tricot à la machine est Sylvie Claire qui tient boutique et organise des cours et des ateliers. Chez elle, on peut travailler sur plusieurs machines, une Singer, bonne basique familiale, une Brother pour les grosses laines, les laines fantaisies, et enfin une Passap électronique qui permet de faire toutes sortes de points. Même si ces machines ne sont plus proposées par leurs fabricants respectifs, et ne sont donc pas des modèles dernier cri, ce n'est pas très gênant car les principes de fonctionnement des machines à tricoter sont remarquablement stables depuis leur invention, en 1561 par le pasteur William Lee.

En tout cas, travailler dans l'atelier de Sylvie Claire, que ce soit pour apprendre ou pour utiliser une machine occasionnellement - en attendant de prendre une décision d'achat - permet de se faire la main et de bénéficier en plus de la compétence de Sylvie.


ill. Source : Bergère de France

Lire la suite

Laine champêtre

9 Juillet 2015 , Rédigé par Tata Georgette

Du mouton au pull, Cuzals est le lieu où aller ce weekend pour tout savoir sur la laine. Il y aura plus de 60 exposants représantants à eux tous toute la filière laine de la matière brute encore sur le dos des moutons au produit fini.

Les organisatrices ont concocté un très beau programme, encore plus étoffé cette année, pour la troisième édition de cette manifestation qui commence à compter dans le calendrier textile de France et de Navarre.

Pour y aller : suivez le lien lotetlaine.blogspot.fr/

Laine champêtre
Lire la suite

Design de mode

5 Juillet 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Lectures textiles

  • VOLPINTESTA Laura - Les fondamentaux du design de mode : les 26 concepts clés du stylisme - trad. de l'anglais - Dunod, 2014

Très beau livre remarquablement bien illustré avec près de 500 photographies et croquis. Outre les 26 concepts-clés (couleur, forme, silhouette, ligne, biais, etc), 26 grands couturiers sont présentés pour leur apport au stylisme (Agatha Ruiz de la Prada, Sonia Rykiel, Betsey Johnson, Vera Wang, Monique Lhuillier, Tracy Reese, Isabel & Ruben Toledo, Byron Lars, Carlos Miele, Stella McCartney, Rei Kawakubo, Alix Grès, Sergio Davila, Katya Leonovich, Zandra Rhodes, Issey Miyake, Lily Blue, Diane von Furstenberg, Duro Olowu, Claire McCardell, Patrick Kelly, Desigual, Manish Arora, Ana Locking, Isabela Capeto, Anna Sui). Bref, il s'agit d'un tour du monde de la création de mode d'autant plus intéressant que l'ouvrage est très précis sur le plan technique. Il faut dire que Laura Volpintesta enseigne à New York le désign textile et les techniques de création (et qu'on aimerait bien suivre ses cours).

Disponible à la Bibliothèque municipale de Toulouse.

Design de mode
Lire la suite

Lotus

3 Juillet 2015 , Rédigé par Tata Georgette

En Asie, le lotus fleurit toute l'année. Dans notre région, la floraison a lieu en ce moment de l'année. Cela se passe à Giroussens où le Jardin des Martels propose ce weekend un festival consacré à cette belle plante aquatique.

C'est l'occasion de se promener dans ces magnifiques jardins, de se régaler des graines, des fruits et des racines du lotus qui sont cuisinées en salades, en plats divers, en boissons.

Mais, depuis peu, un «aventurier» textile produit du tissu de tiges de lotus. Cette fibre très légère présente quelques particularités très intéressantes, dont celle d'être parfaitement imperméable. À quand le pique-nique tout lotus, avec des plats en lotus, une nappe en lotus, sous un chapeau en lotus ? Ce n'est d'ailleurs pas la seule plante explorée pour filer de nouvelles fibres, comme le bananier, l'ananas. Comme le montre le deuxième film ci-dessous, quelques entreprises de commerce équitable se penchent sur ce type de nouvelle production qui qui va élargir nos choix de textiles.

Et si vous avez un jardin, pourquoi ne pas y implanter un jardin aquatique et y faire pousser votre propre fibre de lotus ? en tout cas de jouir de leur étonnante floraison annuelle et vous rafraichir les pieds dans leur bassin...

Autre recette pour se rafraichir les jambes : mouiller une serviette de toilette, la rouler, la tordre à fond et la placer au congélateur pendant une heure ou deux. Au bout de ce temps, la déplier et l'étendre sur les jambes allongées. C'est diablement rafraichissant à la fin d'une journée torride.

Lire la suite