Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tata-Georgette

Trente-deux francs pour habiller une petite mendiante !...

28 Août 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Citations textiles

«À la fin du bain, l’enfant en avait assez et témoigna une vive satisfaction quand ses quatre protectrices la firent sortir de la baignoire ; elles la frottèrent, pour l’essuyer, jusqu’à lui faire rougir la peau, et ce ne fut qu’après l’avoir séchée comme un jambon, qu’elles lui mirent une chemise, un jupon et une robe de Thérèse. Tout cela allait assez bien, parce que Thérèse portait ses robes très courtes, comme le font toutes les petites filles élégantes, et que la petite mendiante devait avoir ses jupons tombant sur les chevilles : la taille était bien un peu longue, mais on n’y regarda pas de si près ; tout le monde était content.»

Puis plus loin :

« MADELEINE. – Nous venons acheter de quoi habiller cette petite fille, madame Juivet.

MADAME JUIVET. – Volontiers, mesdemoiselles. Vous faut-il une robe, ou une jupe, ou du linge ?

CAMILLE. – Il nous faut tout, madame Juivet ; donnez-moi de quoi lui faire trois chemises un jupon, une robe, un tablier, un fichu, deux bonnets.»

Puis pour finir cet épisode d’habillage d’une petite mendiante :

«Trente-deux francs pour habiller une petite mendiante !... Madame Juivet, ajouta-t-elle [la grand-mère des petites filles] d’un ton sévère, vous avez abusé de l’ignorance de mes petites-filles ; vous savez très bien que les étoffes que vous apportez sont beaucoup trop belles et trop chères pour habiller une enfant pauvre ; remportez tout cela, et sachez qu’à l’avenir aucun de nous n’achètera rien chez vous.»

Au cas où cela vous aurait échappé, la comtesse de Ségur a des idées très précises sur la façon dont doit être habillée une petite mendiante à laquelle on fait l’aumône ainsi qu'en témoignent ces extraits des «Mémoires d'un âne». D'une manière générale, ses textes, outre des recommandations morales de cet ordre, sont très précis sur la garde-robe enfantine du XIXe siécle.

Lire la suite

Concours Bohin

24 Août 2015 , Rédigé par Tata Georgette

La Manufacture Bohin organise un concours d'art textile autour d'une figure imposée, le portrait de Benjamin Bohin, industriel du XIXe siècle qui créa l'entreprise Bohin.

Mine joviale en dépit d'un faux-col qui ne rigole pas, moustache à faire pâlir d'envie tous les Turcs, cheveux en brosse comme mon tonton militaire, costume sombre et sérieux comme il convenait pour tout industriel du XIXe siècle sur une bedaine-étendard-de-la-prospérité de ceux qui savaient faire prospérer leurs affaires au XIXe siècle, avant qu'on ait inventé le cholestérol. À partir de là, il est permis de délirer en tirant l'aiguille pour broder, réaliser un patchwork, tricoter, bref n'importe quelle technique textile qui utilise les beaux outils de qualité fabriqués avec obstination et talent par l'entreprise Bohin (ouh ! si Bohin ne m'envoie pas mon pesant d'épingles avec un tel billet, j'avale mon clavier !).

Les concours textiles sont très à la mode dans le monde anglo-saxon, et aussi parmi nos amies patcheuses, mais ils ont souvent en France une diffusion confidentielle, dans les cercles restreints des clubs. C'est bien dommage car ils permettent, non seulement à des artistes confirmés, mais aussi à des amateurs éclairés de nous faire partager leur talent. Ici le choix du sujet peut sembler pointu mais il oblige à un intense travail de réflexion, à un réel savoir-faire artistique.

Bref, pour s'inscrire c'est chez Bohin. Vous avez encore le temps de vous décider car la limite de dépôt des dossiers est fixée au 24 février 2016. S'en suivra une exposition d'avril à septembre 2016 et les prix seront remis le 30 septembre 2016. On en reparlera en temps voulu dans ce blog.

Concours Bohin
Lire la suite

Artisans du luxe

20 Août 2015 , Rédigé par Tata Georgette

Artisans du luxe
Artisans du luxe

Les meilleurs ouvriers de France, en dépit de leur virtuosité, de leur compétence technique, sont des acteurs souvent trop discrets de la qualité, et ce dans tous les domaines, y compris dans le domaine du textile, surtout lorsqu'il s'agit des accessoiristes et ennoblisseurs.

L'exposition du Musée de Bourgoin-Jallieu leur rend hommage et met en valeur un des métiers nécessaires pour la haute-couture qu'il s'agisse de dentelles, plissés, velours au sable broderies, teintures, lasercut, assemblage ultrason, etc. donc des technique les plus traditionnelles aux plus récentes, car les «MOF» ne sont pas figés dans le passé.

Et comme le dit très bien la présentation de cette exposition - donc je fais un petit coup de copié-collé - : «Elles ont pu être réalisées grâce à la participation gracieuse de 750 entreprises (fabricants de matières, bureaux d’études, façonniers, modistes, plumassiers, brodeuses, accessoiristes, etc) dont environ la moitié sont des Meilleurs Ouvriers de France (MOF), des Entreprises du Patrimoine Vivant (EPV) ou des Maîtres d’Art. Tous ces partenaires, qui travaillent dans l’ombre de marques prestigieuses prestataires du luxe, de la couture et de la haute couture française (Christian Dior, Yves St Laurent, Hermès, Chanel, Balenciaga ou Givenchy, etc) et contribuent au « luxe à la française », ont apporté leur technicité et leur temps pour participer à un rêve commun, créer de belles robes et par là valoriser leur métier et leur savoir-faire, passion de toute une vie.»

Parallèlement à cette partie déjà fort riche, sont présentées 45 robes créées et réalises par AnnA-BarbarAAumüller, jeune créatrice autrichienne qui a appris le métier auprès de Vivienne Westwood, excusez du peu... pour travailler ensuite chez les plus grands couturiers. Elle enseigne également et a un projet : créer un musée itinérant de la mode et des techniques.

Lieu : Musée de Bourgoin-Jallieu
Jusqu'au 4 octobre 2015

Lire la suite

Le test de l'été

17 Août 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Ça n'a rien à voir quoique...

Et été, comme dans tout magazine qui se respecte, il convient de proposer des tests.

Voici un test sur les couleurs. Il est en effet important de bien distinguer les couleurs pour acheter et assortir les tissus, les fils, les laines. Ce soucis de bien distinguer les couleurs n'est pas récent ainsi qu'en témoigne ce beau livre, hélas en un seul exemplaire, rédigé en 1692 par A. Boogert.

Petite astuce pour la couture : il vaut mieux choisir un fil un poil plus foncé pour coudre un tissu, si on ne trouve pas pile la même couleur. Le foncé se verra moins sur du plus clair qu'inversement.

Le test de l'été
Lire la suite

Saint-Saëns qui cartonne

13 Août 2015 , Rédigé par Tata Georgette

Tout au long de l'été, le château de Laréole, en Haute-Garonne reçoit les œuvres de Marc Saint-Saëns, artiste toulousain qui a consacré une part notable de son œuvre à créer des «cartons» pour la tapisserie et a ainsi contribué au renouveau de la tapisserie au XXe siècle.

Pour un peintre, travailler comme cartonnier demande une certaine humilité puisqu'il doit se plier à la loi du textile, avec chaine et trame, donc une structure de base très géométrique, calée sur les directions verticales et horizontales, les points employés qui vibrent chacun différemment dans la lumière, et enfin un nombre de couleurs prédéterminées, et dépendantes des qualités de teintures dont disposent les liciers qui tisseront la tapisserie. Il s'agit donc plutôt d'une collaboration entre deux artistes et non pas comme l'adaption d'un tableau par des petites mains anonymes.  On peut voir comment tout cela a été mis en forme par Marc Saint-Saëns dans le catalogue de l'exposition.

À noter que le château de Laréole se trouve dans un très beau parc  et qu'il y a sur place un salon de thé... pour les gourmands uniquement.

 

Lire la suite

Agnès B. collectionneuse

10 Août 2015 , Rédigé par Tata Georgette

«Styliste, galeriste, éditrice, réalisatrice, productrice dans le domaine de la musique et du cinéma, mécène, la créatrice agnès b., de par sa curiosité insatiable et son œil décalé, a marqué la scène culturelle française depuis le milieu des années 1970

La collection qu'Agnès B. a constituée est aussi hétéroclite que ses découvertes, son regard toujours affuté et aux aguets de ce qui bouge dans la création contemporaine, qu'il s'agisse d'art graphique, des arts de la rue, des arts de la scène. C'est toujours intéressant de voir ce qui a nourri le travail d'un créateur, d'une créatrice.

Tout cela fait l'objet d'une belle exposition au LAM (Musée d'art moderne de Lille-Métropole).

Lieu : 1, allée du Musée - 58650 Villeneuve-d'Ascq
Jusqu'au 23 août 2015

Agnès B. collectionneuse
Lire la suite

Couleur de l'été

7 Août 2015 , Rédigé par Tata Georgette

Le blanc, c'est la couleur de l’été par excellence... Sauf qu'il faut en prendre grand soin et lui préserver toute sa blancheur.

Pour cela plusieurs solutions, à associer en faisant la lessive ordinaire : versez un jus de citron dans l’eau très chaude et lavez normalement. Autre solution : placez des coquilles d’œufs écrasées dans un petit sac en toile ou dans un vieux bout de collant noué que vous placez dans le tambour de la machine.

Mais JAMAIS d’eau de Javel qui mord trop les fibres, risque de laisser des taches jaunes sur les vêtements et empoisonne les poissons de la Garonne.

Lire la suite

Dentelles noires

4 Août 2015 , Rédigé par Tata Georgette

Exposition à visiter cet été :

La crème des Chantilly : dentelles noires aux fuseaux du XIXe siècle : dentelle à Brioude

Lieu : à Brioude, en Haute-Loire

Jusqu’en janvier 2016

Dentelles noires
Lire la suite

N'abandonnez pas votre chien...

1 Août 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Ça n'a rien à voir quoique..., #Le nez en l'air

Vous allez bientôt partir en vacances, mais de grâce n'abandonnez pas votre chien au bord de la route comme tous ces malheureux animaux que récupère la SPA, chaque année. Cet acte criminel est puni par l'article 521-1 du Code pénal (jusqu'à 2 ans d'emprisonnement, 30 000€ d'amende) car l'animal ainsi abandonné est bien souvent condamné à mort.

Soyez plutôt prévoyant et préparez l'hiver en envoyant les poils de votre chien que vous récupérez au fur et à mesure des brossages à Dourré Jalat-Dehen (Dogwool) qui vous filera une fibre 100% canine qui a la particularité d'être très chaude, et qui ne sent rien, la laine obtenue est unique, à partir des couleurs naturelles du chien comme elle l'explique fort bien sur son site. C'est une laine douce et facile à tricoter. En plus, c'est autrement plus snob et rare que de porter de l'alpaga, de la soie et même de la vigogne. Et elle protège des rhumatismes...

Mais il vous faudra être patient car pour fournir un pull pour un adulte, il faut environ trois ans de brossage réguliers, et si possible pas sur un teckel... Donc, n'abandonnez pas votre chien, tricotez-le !

Attention : n'envoyez pas les poils de votre chat, mais ce n'est pas une raison pour l'abandonner.

Lire la suite