Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tata-Georgette

Plan social

29 Janvier 2016 , Rédigé par Tata Georgette

Dans les automobiles, il y a aussi du textile, et l'Ariège est leader sur ce créneau. En dépit de cette position forte, cela va mal pour la dernière entreprise textile du Pays d'Olmes et les salariés de Johnson Controls qui voient se dessiner un «plan social», en clair le licenciement de 55 d'entre-eux. Pour plus de précisions : lire ici et aussi ici.

Bientôt, pour trouver des housses de sièges d'automobiles fabriquées en France, il faudra les coudre soi-même ; il existe aussi des patrons pour cela, mais attention, il y a plusieurs centaines de modèles de sièges différents.

 

Plan social
Lire la suite

Le fil dans l'art contemporain

27 Janvier 2016 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Art textile

RécemmentGeneviève Furnemont présentait le travail textile d'artistes contemporains, au Centre Saint-Cyprien. Plan chronologique, sans surprise, ce qui est assez pratique pour aborder un domaine assez peu connu, en France, en dépit d'artistes mondialement reconnus comme Sonia Delaunay, Louise Bourgeois jusqu'aux plus récents comme Dan Mu qui exposait au Centre Saint-Cyprien.

Le textile a longtemps été rangé au rayon des arts appliqués, entre la céramique et la marquetterie, et peu d'artistes (faisant du l'art avec un grand A) s'y frottaient. Tout au plus, quelques peintres se faisaient cartonniers pour les manufactures de tapisseries. C'est d'ailleurs par la tapisserie que le textile est devenu un matériau artistique à part entière. Les biennales textiles de Lausanne, de 1962 à 1995, ont été un des pivots de cette renaissance et les amateurs d'art textile en parlent encore avec des trémolos dans la voix (dont votre servante). À Lausanne, les tapisseries se sont détachées des murs pour devenir des sculptures. Puis l'art textile  s'est mis à utiliser toutes sortes de fibres, de multiples techniques en plus de la tapisserie, y compris les techniques de «mémères» comme le crochet qui devient étonnant dans les mains de Vasconcelos lorsqu'elle «envahit» Versailles ou encore la broderie comme la pratique Ghada Amer.

L'art textile est encore assez largement une affaire de femmes, souvent venues de la peinture, pour les plus anciennes, plutôt du design à partir des années 50, mais aussi de la sculpture, et de la galaxie qu'on appelle «arts plastiques». Globalement, maintenant, on peut dire que le textile est un matériau que l'on retrouve dans quasiment tous les courants artistiques du dernier siècle (Bauhaus, PopArt, arte povera, etc.), comme nous l'a démontré G. Furnemont en nous présentant un grand nombre d'artistes : Germaine Richier, Eva Hesse, Lee Bonecou, Takis Vassilakis Panayotis, Annette Messager, et beaucoup d'autres qu'il serait fastidieux d'énumérer.

Deux problèmes concrets se posent aux artistes lorsqu'ils travaillent le textile :  l'accrochage et la pérennité de l'œuvre. Pour l'accrochage, il faut parfois concevoir un dispositif précis, mais adaptable aux lieux, accompagné d'une notice pour guider les conservateurs de musées ou les collectionneurs car on peut rarement se contenter d'enfoncer un clou dans un mur comme on le ferait pour une tapisserie plane. Assurer la pérennité physique des œuvres est un autre souci car certains matériaux résistent très mal au temps, à la lumière, au propre poids de la fibre, à l'humidité, aux mites, enfin vous connaissez tous les malheurs de nos chers textiles...

Et depuis quelques années déjà, l'art textile s'installe non seulement dans les galeries, dans les musées, il part aussi dans les rues où il devient  «yarn bombing» en se prêtant le plus souvent à des pratiques collectives, festives, mais ça c'est une autre histoire, donc un autre billet, un jour...

 

Yannis Kounellis - Château des Plieux dans le Gers

Yannis Kounellis - Château des Plieux dans le Gers

Lire la suite

Puces de quartier

7 Janvier 2016 , Rédigé par Tata Georgette

À noter impérativement dans votre agenda :

 

Puces de quartier
Lire la suite

Nouvelle année, nouveau départ !

4 Janvier 2016 , Rédigé par Tata Georgette

Bonne année 2016 à tous et à toutes. Santé, bonheur, sagesse, et un brin de folie à partager avec ceux que vous aimez !

L’année s’annonce bien remplie pour beaucoup d’entre-nous. Mais il y a aussi qui nous quittent pour mener leur barque sur d'autres rivages.

Clélia ferme son beau palais des glaces, le Cooky Woogy. Elle nous avait annoncé une hibernation définitive. Croisons les doigts, car c'était vraiment le paradis des gourmands, son salon de thé-glacier-gâteaux-rock-and-roll. En tout cas, j'y ai apprécié des produits de premier choix, un accueil chaleureux, un service impeccable. Je croise les doigts pour qu'elle change d'avis et continue à faire le bonheur des Toulousains. D'ailleurs, il serait peut-être possible qu’elle ouvre à nouveau en avril, après un hiver de réflexion. À surveiller donc...

Le magasin Gala de Carcassonne ferme, comme son responsable nous l'avait annoncé récemment, pour départ à la retraite. En fait, si le magasin ferme, la vente continue sur internet, vous pouvez donc les retrouver ici à partir d'aujourd'hui, lundi 4 janvier. Donc, ici non plus, tout n'est pas perdu.

Il y a aussi ceux qui ont travaillé dur en 2015 pour nous préparer une belle année 2016, comme le Musée départemental du textile de Labastide-Rouairoux qui nous a concocté une année consacrée au Japon. On en saura plus sous peu.  Cousu main a entamé sa deuxième saison samedi dernier, le 2 janvier et qui va nous aider à passer l'hiver au chaud avec douze candidats très motivés pour affronter les épreuves techniques et artistiques de cette compétition qui est notre foot à nous, amatrices d'aiguilles et de beaux ouvrages.

Il y a aussi de beaux échantillons de tricot ajouré que j'ai tricotés pendant ces vacances de fin d'année pour vous, pour élargir votre savoir-faire, tout au long de l'année dans un des ateliers de Tata Georgette, au moment et à l'endroit qui vous conviendra. Surveillez l'agenda car il y aura aussi des sorties textiles et de nombreux événements textiles toulousains et régionaux.

 

Lire la suite