Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tata-Georgette

Bien commencer novembre...

31 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Couleurs, #Billet du jour

Dominique Cardon, dont il avait été question récemment, a organisé une exposition de plantes tinctoriales dans un jardin extraordinaire. Un chemin de couleurs, puis des tissus de laines ou de soies teintes à partir de végétaux, et dans une serre, un atelier de teinture. Cela se passe à La Bambouseraie (552, rue de Montsauve à Générargues - 30140) et c'est jusqu'au 15 novembre. Donc, pour résumer, un cadre très dépaysant dans les belles lumières de l'automne, cela peut faire un weekend sympa. En novembre, c'est précieux.

Lire la suite

Filer en Aveyron

24 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Ce que fait la main, #Fibres à la folie, #Billet du jour

Christiane Pinet s'est installée il y a plus de quarante ans à La Couvertoirade en Aveyron, où elle file la laine et organise des stages de filage au fuseau et au rouet, non pas pour concurrencer l'industrie lainière mais pour retrouver le plaisir de créer soi-même une belle matière, la vraie laine, dont l'envie revient en même temps que les fraicheurs automnales.

Pour la contacter : Christiane Pinet - Le Bourg - 12230 La Couvertoirade - tel 05 65 62 17 92

 

Lire la suite

Le Nez - 4

20 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Le nez en l'air, #Ça n'a rien à voir quoique..., #Billet du jour

Le numéro 4 de la revue semestrielle Le Nez est sorti ; il est consacré aux relations entre le parfum et l'art - avec bien sûr les questions qui font actuellement débat : la parfumerie est-elle un art ? Le parfumeur un artiste ? Le parfum une œuvre de l’esprit ? Qui sont les directeurs artistiques ? Comment l’odorat et le parfum sont-ils intégrés dans l’art aujourd’hui ? et quelques autres questions relatives à ce vaste sujet. Tout cela est savamment et agréablement débattu sous les angles juridique, philosophique, esthétique, historique, industriel…

On y parle aussi de l'odeur des drogues, d'une grande dame du parfum (Annick Menardo), d'un matériau de base (cette fois, c'est l'oud qui est à l'honneur). Il y est aussi question des années 70, du temps des vertes années de Tata Georgette, et de quelques autres choses encore. J'aime beaucoup le Cahier critique à la fin du volume - comme pour les livres ou les films, il y a des critiques de parfums. Sympa pour se faire une idée, explorer le monde du parfum.

À Toulouse, chez Santa Rosa  (11, rue Antonin-Mercié - 31000 Toulouse). Ou sinon, en ligne ici.

Le Nez - 4
Lire la suite

Les nouveaux du carnet d'adresses

16 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Bonnes affaires, #Billet du jour

Voici les derniers arrivés dans le carnet d'adresses...
 

Des fournitures de mercerie :

Silicorne Vallée - Jean Mathivet - Route de Lavelanet - Ancienne Gendarmerie - 09300 Bélesta - fabrication artisanale d'objets en corne et matières naturelles dont : dés à coudre, aiguilles et alènes, boutons...

De perles et de soie - 16, rue Saint-Jean - 31340 Villemur-sur-Tarn - Tel 05 61 09 54 41 -

Purple Laines - Place James Heddleson, Le bourg - 42114 Saint Cyr de Valorges - boutique en ligne de laines

De la couleur :

Ingo Nature - Clémentine Lemaitre - Les Passadoires è 48330 Saint-Étienne-Vallée-française - fibres naturelles et teintures végétales 

Un blog de patch :

Patch d'ours - blog consacré au patchwork

De la lecture :

Fait main - magazine -

Book Brook.com - bouquiniste - 16, rue de Metz - 31000 Toulouse - avec un beau rayon de livres pratiques, livres d'art -

Des stages :

Château Dumas - 82220 Auty - stages de teinture et diverses techniques textiles

Bertheas Corinne - à Pibrac -  tel  06.61.30.56.52   - artiste plasticienne textile - propose des ateliers et des stages

Annelie Petiqueux - Chemin d'Escaunet - 32107 Aux Aussat - tel 06 11 08 43 88 - organise des stages de feutre

Centre de formation Textile, Feutre et Couleur - 31310 Montbrun-Bocage

Tricot en cours - laine filée main - et aussi des cours pour apprendre à filer et à tricoter avec Céline Clément à Toulouse

Et même des chapeaux :

Les ChapeautéesHélène Petiot - 31, avenue Henri-Marrot - 09400 Mercus - tel 06 20 61 25 47 - création de chapeaux et accessoires

Bel automne à vous !

 

Lire la suite

Remake it !

12 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Lectures textiles, #Ce que fait la main, #Billet du jour

Si vous avez envie de voir ce qu'on peut faire avec du papier bulle, avec de la bâche de camion, sans parler des vieux tee-shirts, des bouchons de stylo Bic et de plein d'autres matériaux et autres résidus que nous jetons ordinairement, même si les «suggestions et conseils qui figurent dans cet ouvrage sont destinés à vous donner des idées, [...] les résultats obtenus varieront en fonction de votre dextérité et des matériaux et outils dont vous disposerez»  le livre «Remake it» d'Henrietta Thompson est à mettre entre toutes les mains car il allie une mise en page artistique avec de très belles photographies des réalisations de customisation et de recyclage de matériaux par des stylistes et couturiers à des croquis très lisibles.

Voilà un livre très utile, en plus d'être agréable à feuilleter, pour se fabriquer une mode durable et éco-responsable, si possible faite maison (do it yourself en anglais) ; il a, de plus, toutes les qualités de la bonne édition anglo-saxonne, avec une bibliographie fournie, un index détaillé - et petit détail qui finit de nous convaincre, il est imprimé sur un papier recyclé.

Remake it Mode : 500 trucs et astuces pour faire du neuf avec du vieux - d'Henrietta Thompson - trad de l'anglais par Lydie Échasseriaud - Thames & Hudson, 2012 - 270 p.

 

Remake it !
Lire la suite

Amies de la soie, bonjour !

10 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Musées, #Fibres à la folie, #Billet du jour

Si vous aimez la soie, voici une bonne nouvelle qui devrait vous réjouir : le Musée des tissus de Lyon est sauvé en dépit du désintérêt persistant du Ministère de la culture.

Cette affaire tumultueuse commença en 2015, et tout de suite, de nombreuses voix se sont élevées contre le démantèlement de ce prestigieux musée. Il y eut des réunions, des conversations, des soutiens chaleureux, et tous les ingrédients d'un suspens insoutenable.

Merci à tous ceux, à toutes celles qui ont contribué, à un titre ou un autre à ce sauvetage !

Maintenant que le Musée des tissus de Lyon est sauvé, on va pouvoir s'occuper de sauver l'humanité... Gloups ! en 2049, Tata Georgette sera quasiment centenaire...

Lire la suite

Le temps des chiffonniers

7 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Ça n'a rien à voir quoique..., #Billet du jour

Avec l'explosion de la presse et de l'édition de livres au début du XIXe siècle, la demande de chiffon explosa pour produire du papier. C'est au cours de cette période qu'une profession arpentait les rues de Paris, - et probablement des autres villes - surtout la nuit, équipé d'une hotte, d'un crochet et d'une lanterne. On les méprisait, bien qu'ils gagnaient plus qu'un ouvrier qualifié en fouillant dans les tas d'ordures abandonnées dans les rues. Pratiquant le tri sélectif avant notre merveilleux XXIe siècle, ils ont fourni un bon contingent de personnages à la littérature populaire avant d'être éliminé du paysage urbain par l'invention du papier à base de cellulose de bois en 1870 puis ensuite par le préfet Poubelle qui a créa la poubelle et réglementé le dépôt et le ramassage des ordures, en 1883.

C'est leur histoire que raconte Antoine Compagnon dans son ouvrage «Les Chiffonniers de Paris» publié aux éditions Gallimard qu'il présentera lundi 9 octobre 2017, à 16h, à la librairie Ombres blanches. Comme quoi, on peut être un brillant professeur de littérature française à la Sorbonne, à l’université Columbia de New York et depuis 2006, au Collège de France et s'intéresser au monde du chiffon... tout comme avant lui Hugo, Balzac, Baudelaire et tant d'autres écrivains du XIXe siècle.

Les Chiffonniers de Paris, d’Antoine Compagnon, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 512 p., 32 € -

 

Le temps des chiffonniers
Lire la suite

En revenant de l'expo...

6 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Bonnes affaires, #Billet du jour

Au cours d'une belle après-midi au Salon Tendances créatives, j'ai revu avec plaisir plusieurs exposants.

À commencer par la librairie Bodoni, tout près de l'entrée du salon, spécialisée dans les loisirs créatifs, mais dont c'est la dernière participation à un salon de loisirs créatifs. Il faut donc en profiter pendant tout le weekend pour dévaliser son stand car c'est à ma connaissance la seule librairie vraiment spécialisée dans le domaine, mais qui va bientôt cesser son activité, après avoir fermé son site de vente en ligne.

L'association Dentellières du Sud-Ouest, plutôt située dans le fond du hall, qui chapeaute plusieurs ateliers de dentelle aux fuseaux à Toulouse et dans la région tient un stand très accueillant, avec des dentellières à leurs tambours et une exposition de quelques réalisations récentes. La dentelle aux fuseaux a complètement renouvelé, depuis quelques années déjà, sa pratique. Les points de base sont certes toujours là, mais, la couleur est désormais très présente. La dentelle sort de ses usages classiques pour se faire bijou, décoration de la maison, comme ces lanternes accrochées au-dessus du stand (dont une photographie jointe à ce billet, en dépit de mes médiocres compétences photographiques).

Et même un exposant qui propose du stringart, revenant très en vogue dans les années 70, du temps des vertes années de Tata Georgette.

Puis j'ai fait de belles découvertes aussi. Les wax proposés par Couleurs d'Afrique et d'ici accompagnent l'action militante de cette association contre l'excision et proposent de la couleur contre la douleur ! avec ces beaux tissus éclatants, on peut coudre toutes sortes de vêtements et accessoires.

Pour les amatrices de laine très fine, pour tricoter avec des points ajourés, le stand Laine Select est remarquable. On peut y acheter des pelotes ou des modèles ou des kits créés par Véronique. De subtiles couleurs et des matériaux aériens feront le bonheur des tricoteuses. Et il y a des modèles pour plusieurs niveaux de difficulté, donc pas de quoi s'effaroucher...

J'ai également admiré les œuvres de Sheila Frampton Cooper qui fait du patchwork, fortement imprégné de sa pratique de la peinture, elle crée des compositions éblouissantes et très rythmées où les couleurs le disputent au dessin, tandis que les points donnent du relief. À savourer sans restriction.

Pour finir, l'exposition Projet Patch donne carrément des fourmillements dans les doigts. Voilà un projet tout à fait remarquable de patch participatif qui se veut un hommage aux savoir-faire pour constituer une banque. Le principe en est simple : chacun peut s'inscrire et proposer un carré de 20 cm sur 20 cm (dont quelques uns photographiés accompagnent ce billet). Toutes les techniques y sont admises, on y voit du patch classique, de la broderie, de la dentelle, des jours tirés, du tricot rebrodé, du collage mix-media, du crochet... (liste non exhaustive). Sur le stand on peut voir plusieurs centaines de carrés réunis sur un vaste mur, constituant une installation en perpétuelle évolution, les carrés s'ajoutant peu à peu, certains en remplaçant d'autres, car chaque étape, chaque nouvelle exposition donne lieu à de nouvelles participations. Mais, à ce jour, le Projet Patch, parti de la Normandie, n'a pas de participantes toulousaines. Donc, l'appel est lancé et pour participer c'est ici...

Ce petit tour d'horizon est évidemment très subjectif, et ne prétend qu'à vous inciter à aller y faire un tour pour vous faire votre propre idée, vos propres trouvailles, éventuellement participer à un des nombreux ateliers. Demain samedi ou dimanche. Bon weekend !

 

En revenant de l'expo...
En revenant de l'expo...
En revenant de l'expo...
En revenant de l'expo...
Lire la suite

C'est le jour J...

5 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Bonnes affaires, #Billet du jour

Lire la suite

Couleurs mexicaines

4 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Couleurs, #Billet du jour

Le thème du Forum international de la Couleur végétale qui se tiendra ce weekend à Lauris sera consacré aux «Fibres colorées et colorants végétaux».

Les invités de cette année sont des teinturiers mexicains de la région de Oaxaca, région de riche tradition textile. De plus le Mexique est le berceau de la cochenille, ce petit parasite des cactus qui fit la fortune de l'Espagne, par la belle couleur rouge qu'on en extrait.

Le programme de d'ateliers et de conférences est donc tout naturellement orienté vers les spécificités mexicaines, entre autres :

Dominique Cardon (directrice de Recherche émérite au CNRS) évoquera les implications de l'arrivée des Espagnols au Mexique dans l'apparition de Europe de colorants majeurs, dont la fameuse cochenille.

Raul Ponton Zuñiga (maitre teinturier mexicain) présentera les principaux colorants utilisés de nos jours au Mexique.

Hector Manuel Meneses Lozano (directeur du Musée textile de Oaxaca) parlera des colorants sur plumes, spécialité pré-colombienne et d'ailleurs assez largement sud-américaine.

Tatiana Falcon Alvarez (historienne de l'art mexicaine) présentera l'utilisation des lichens comme colorants par les Indiens Nahuas de la région de Puebla et par les Indiens Zapocèques de Oaxaca.

Ana Roquero (chercheuse textile en Espagne) consacrera son intervention à l'utilisation des lichens dans la teinture des «châles à odeur», spécialité mexicaine pour parfumer les châles tout en les colorant car le châle noir traditionnel teint avec des tanins et de l’acétate de fer dégage une odeur désagréable à laquelle remédient des lichens colorants - (à mon avis, ce doit être un pur délice, un régal pour les yeux et le nez...)

Forum international de la couleur végétale
organisé par l'association Couleur Garance
Conférences, animations, stages, marché d'artisans
Lieu : Terrasses du château - 84360 Lauris 

 

Lire la suite

Hessie, Survival Art

3 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Art textile

Venant de Cuba en France, via un séjour à New York,  au début des années 1960, Carmen Lydia Djuric s'est mise à créer des pièces de broderie avec la technique minimaliste du fil blanc sur tissu blanc. Elle a été une des précurseures de l'art textile en France, bien qu'autodidacte en art, et en broderie aussi d'ailleurs.

«La manière dont Hessie fait sienne une activité longtemps considérée comme archaïque et anonyme par l’histoire la rapproche pourtant des avant-gardes, notamment des développements abstraits du minimalisme, tout comme des mouvements sociaux de libération des femmes. Cette première exposition d’envergure dans un musée français depuis près de quarante ans participe à la redécouverte entamée il y a quelques années d’une artiste longtemps marginalisée par l’histoire de l’art.»

En travaillant des matériaux de la vie quotidienne - et quoi de plus quotidien que le textile - Hessie a exploré tout un langage artistique abstrait, rigoureux. Les amatrices de «jolies» broderies en seront pour leurs frais... car il ne s'agit pas de joliesse ni de production de belles images brodées. En utilisant une technique perçue comme strictement féminine, Hessie, «selon la critique d’art Aline Dallier, fait alors partie des "Nouvelles Pénélopes" qui usent du langage féminin pour le subvertir». Hessie flirta avec le minimalisme, l'arte povera, Support/Surface prenant à chacun de ses mouvements artistiques ce qu'il pouvait apporter à sa démarche artistique, donnant de belles ondulations rythmées aux textiles en raccommodant, reliant, en (re)-donnant vie à des vestiges du quotidien, bien avant que le recyclage ne soit devenu à la mode. En pleine période de Trente Glorieuses, du temps de la consommation de masse sans complexes. Fallait oser !

Hessie réinscrivit la broderie dans les mouvements artistiques de son époque dont elle s'était éloignée depuis le début du XXe siècle pour entrer dans le vaste purgatoire de la mièvrerie et de la reproduction de modèles bien cul-cul. Rien que pour cela, il faut aller voir cette exposition des Abattoirs qui replace la broderie au sein de l'art contemporain.


Du 29 septembre 2017 au 4 mars 2018
Lieu : Les Abattoirs - 76, allées Charles-de-Fitte - 31300 Toulouse -
Tel : 05 62 48 58 00

Hessie, Survival Art
Lire la suite