Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Tata-Georgette

Ourlet de printemps

2 Mai 2013 , Rédigé par Tata Georgette

L’ourlet est souvent présenté comme le B-A-BA de la couture. Savoir coudre un ourlet présentable serait pour certains la base du savoir couturier, avec le bouton recousu. C’est d’ailleurs formulé de façon négative qu’il sort de la bouche dans ce cas-là : «ne même pas savoir coudre un ourlet» !

De cette opération, simple sur le principe, dépend l’élégance finale, le bon tombé d’un vêtement. À quoi bon, un vêtement bien taillé, dans une belle étoffe, si le bas du vêtement qui doit être invisible capte toute l’attention et donne une tournure engoncée ou de guingois…

On peut toujours replier les bas de pantalon, dans le style «j’ai piqué celui de mon grand-frère» ou couper et effilocher mais cela demande aussi un certain savoir-faire pour ne pas faire pitié ou encore coller avec de la toile thermocollante, mais cela partira au bout de quelques lavages, bref, l’ourlet reste à coudre.

Sans parler des ourlets de jupe, de robe. Des ourlets dans de bonnes étoffes de laine, bien épaisses et pas superflues pour notre printemps teigneux, des ourlets dans les voiles légers des jours ensoleillés (qui finiront bien par arriver…).

Coudre un ourlet nécessite un coup d’aiguille souple mais déterminé, une bonne appréciation de ce que sera le vêtement fini

Bref, coudre un ourlet, on peut en parler des heures, lire tous les tutoriels de toute la toile, mais au bout du compte, c’est en ourlant qu’on apprend à faire des ourlets. Bienvenue à un prochain atelier.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article