Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tata-Georgette

Résultat pour “chanvre”

Ficelle

5 Avril 2014 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Atelier, #Billet du jour

Boire de l'eau.

Puis jeter la bouteille ?

Non ! la recycler avec un bout de ficelle (et un crochet), c'est bien plus logique, non ?

La ficelle se prête bien à toutes sortes de réalisations crochetées. On peut aussi la mélanger avec d'autres fibres, comme la laine. Solide et peu fragile, on peut en faire des petits paniers et toutes sortes d'objets. Elle s'accorde très bien avec la transparence du plastique des bouteilles d'eau qui est un support facile à couper et à ajuster.

Je trouve mes ficelles chez Toulouse Circus Shop qui a déménagé récemment et se trouve maintenant au 42 de la rue des Couteliers dans un local plus resserré que celui dont ils disposaient auparavant rue de Metz, mais très clair, très bien agencé. Et dans leur rayon de ficelles, on trouve différents matériaux (chanvre, lin, plastique, jute), différentes grosseurs.

Vos prochains rendez-vous textiles
à Toulouse et dans la région...

Ficelle
Lire la suite

Vent du large

30 Août 2014 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles

Rochefort ? une halte textile ? Bon, pourquoi pas ? si vous le dites...

D'abord, il y a l'Hermione - en fait une copie de la frégate de La Fayette - dont la construction est quasiment achevée et dont le chantier a accueilli plus de quatre millions de visiteurs depuis sa mise en route. Les mâts sont présentement équipés de leurs cordages (en chanvre), les costumes des marins cousus. Les voiles en toile de lin ont été assemblées par une couturière voilière, ce qui lui a pris plusieurs années - pour une surface totale équivalente à 9 terrains de tennis, je vous laisse imaginer la longueur totale des ourlets... Puis ces voiles ont été posées au cours du printemps dernier. L'«essayage» a été concluant. On ne pourra bientôt plus voir l'Hermione à Rochefort puisqu'il est prévu qu'elle prenne la mer en 2015 avec à son bord 80 marins. Pour les heureux Bordelais, elle défilera devant leurs quais en octobre prochain, mais elle ne remontera pas la Garonne jusqu'à Toulouse. Dommage pour nous.

Il y a aussi la Corderie royale où on fabriquait les kilomètres de cordages nécessaires sur les navires de la marine à voile. C'est du textile. On peut même apprendre à y faire des nœuds. Autre technique textile reprise dans le macramé.

Enfin, il y a l'école de broderie du Bégonia d'or où plusieurs techniques sont enseignées, notamment la broderie d'or, avec de l'or. Toute l'année, les brodeuses de l'atelier proposent des stages d'initiation et de perfectionnement.

Voilà, notre voyage d'été se termine à Rochefort. Nous nous retrouverons dès le début de septembre à Toulouse. Bonne rentrée !

Lire la suite

Déchets sublimés

21 Juillet 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Ça n'a rien à voir quoique..., #Explorations textiles, #Billet du jour

Prenez des bouts de lin, de coton et si possible de chanvre, touillez bien - procédez à quelques autres manipulations - et vous obtenez du papier, ainsi que cela se fait au Moulin du Got datant du XVe siècle, qui a été restauré par une équipe de passionnés. Ils ont non seulement sauvé les bâtiments mais aussi l'outil de production. Ainsi donc, le moulin produit à nouveau du papier, depuis 2003, alors qu'il avait dû stopper sa production en 1953, par manque de compétitivité et reprendre son activité qui dure depuis cinq siècles. Mais les beaux papiers sont toujours recherchés.

L'exposition «Seconde vie du papier ou le déchet sublimé» - c'est-à-dire la troisième vie du tissu - est à voir - montre comment peuvent être recyclés par des artistes de cartes routières, des emballages en papier, des journeaux, des prospectus publicitaires, bref tous les papiers que nous rencontront tous les jours. «Recyclés» n'est pas le mot le plus adapté, il vaudrait mieux dire métamorphosés, embellis.  Par un curieux retournement, les plasticiens, pour leur donner une deuxième vie, utilisent de nombreuses techniques textiles car ces papiers, premiers déchets de nos poubelles, sont découpés, collés, cousus, brodés, tissés, pliés. Mais au fait, dois-je écrire «deuxième» ou «seconde» ?

Lieu : Moulin du Got (datant du XVe siècle) - 87 Saint-Léonard de Noblat – tel 05 55 57 18 74
Jusqu'au 31 octobre 2015

 

 

Lire la suite

Commerces de tissu au XVIIe siècle

19 Mai 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Bonnes affaires, #Billet du jour

Toutes les couturières toulousaines pestent contre la rareté des commerces de tissu, aujourd'hui, en tout cas de commerces spécialisés, uniquement dédiés au tissu. Même si, en fait, on trouve finalement beaucoup de points de vente de tissu.

La semaine dernière, au Musée Paul-Dupuy, Véronique Castagné a donné une conférence très intéressante consacrée au commerce du textile, à Toulouse, au XVIIe.

Elle s'est intéressée aux différentes formes de vente, des formes utilisées par les professionnels, en boutique, en colportage, en blanque (la marchandise mise en vente est expertisée et doit être autorisée par les Capitouls), mais aussi par des particuliers à l'occasion de circonstances de la vie (faillite, succession) en loterie, aux enchères (volontaire ou sur saisie), de gré à gré, en gage d'un prêt...

Elle nous a aussi présenté les vendeurs et acheteurs de textiles ; en particulier les marchands professionnels qui souvent s'enrichissaient sur une ou deux générations, au point de pouvoir prétendre à devenir Capitoul - le nec plus ultra des notables toulousains de l'époque.

Pour finir, la conférencière a fait un tour d'horizon sur la nature des articles mis à la vente, car là aussi, il y a des spécificités de cette époque. D'abord selon leur matière première, le coton, l'ortie, le lin et le chanvre, la laine, la soie, soit une gamme très étendue allant du plus ordinaire au plus prestigieux. Et les différents modes de tissage, de la toile ordinaire au velours, aux mousselines. À cette époque aussi, les denrées exotiques commencent à devenir courantes, comme les tapis turcs, que l'on ne posait pas au sol comme en Orient, mais qui recouvraient des tables, des coffret.

Outre le commerce de neuf, le textile s'échangeait en seconde main ou en occasion, soit entre particuliers, soit par l'entremise de professionnels (chiffonniers, fripiers). Véronique Castagné a aussi abordé les domaines annexes au textile comme les boutons, les broderies, les dentelles, qui faisaient l'objet  d'un commerce très florissant car on ornait beaucoup les vêtements, mais sans trop avoir le temps de s'y attarder... cela fera peut-être l'objet d'une prochaine conférence ?

Bref, un contenu très riche, comme chaque conférence donnée par Véronique Castagné, conférencière à suivre pour qui apprécie l'histoire du textile.

 

Lire la suite

Mettre en charpie

29 Mai 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour

Un stage «effilochage» ! quelle drôle d’idée ont eu nos amies de l’association Pénélopée en proposant un tel stage.

Il y a un siècle, l’effilochage était un devoir civique pratiqué dans quasiment toutes les écoles de France car il fallait fournir les hôpitaux militaires en charpie pour panser les plaies des soldats blessés au front. Pour cela on utilisait plutôt des linges un peu usés mais pas trop qui permettaient de faire une charpie plus souple, plus absorbante sur les différents suintements des plaies. Et surtout des linges blancs, n’ayant jamais subi de teinture pour ne pas provoquer d’irritation supplémentaire. On déchirait des tissus de lin, de coton, ou de chanvre en bandelettes d’une vingtaine de centimètres pour faire des mèches. Puis, éventuellement, pour faire des pansements, on effilochait encore plus finement et on reconstituait une sorte de matelas avec les fibres placées en tous sens, comme on le ferait pour un feutrage afin d'en faire des sortes de tampons. Il y avait d’ailleurs plusieurs formes de charpies selon l’usage auquel les chirurgiens les destinaient.

À la suite des travaux de Claude Pouteau, chirurgien à Lyon au XVIIIe siècle, l'usage de la charpie s’est développée tout au long du XIXe siècle pour remplacer toutes sortes d’onguents et de pommades dont on tartinait auparavant les blessés. L'époque la plus glorieuse de la charpie fut la guerre de 1914-1918, avant que ne se développent les textiles médicaux produits par l’industrie.

Outre les jeans effilochés que l’on rencontre désormais souvent dans la rue, effilochés non pas par l’usure, mais dès la fabrication, cette technique de réemploi du textile est explorée de nos jours par de nombreux artistes textiles comme Machiko Agano.

C’est plutôt dans cette voie artistique que Pénélopée va vous emmener ce weekend, et non pas pour produire du pansement...

Voilà, la prochaine fois que vous trouverez un petit tas de charpie qui obstrue le filtre de la machine à laver, vous saurez quoi en faire !

Source des illustrations : Les Petites mains, histoire de mode enfantine et : Textile Art Center

Mettre en charpie
Mettre en charpie
Lire la suite

Innovation textile régionale

24 Janvier 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour

Récemment, l'association Pénélopée recevait Richard Rico de l'UIT Sud (Union des industries textile) et Xavier Plo, industriel du Tarn dont l'entreprise est spécialisée dans l'ennoblissement textile, pour nous parler de l'innovation textile, dans notre région.

La filière textile est souvent vue comme une filière vieillissante, en déclin, et il est vrai qu'elle a subi les rudes contrecoups de la mondialisation. De plus la filière textile en Midi-Pyrénées, située sur l'axe Tarn / Toulouse / Ariège, est la plus petite région textile française, en terme d'effectifs. Les 223 entreprises textiles régionales sont plutôt des PME, plutôt implantées en zones rurales ; toutes réunies, elles constituent une filière textile complète, de la filature au textile fini (tissu ou maille). Un point à préciser, avant de continuer, quand on dit «filière textile», on dit production de la fibre et du tissu, mais pas la confection des vêtements.

Avant d'aborder le thème proprement dit de l'innovation, les intervenants ont tout d'abord présenté les spécificités régionales traditionnelles, en particulier l'ennoblissement textile, c'est-à-dire toutes les opérations que subit un textile, entre le moment où il tombe du métier à tisser et sa mise en vente. Ce travail d'ennoblissement se fait en au moins sept étapes pour donner au textile des qualités visuelles, tactiles ou fonctionnelles, par des opérations chimiques et par des opérations physiques. Les principales entreprises d'ennoblissement se trouvent dans le Tarn. Les deux autres grandes spécialités régionales historiques sont la filature de laine cardée pour le tissage, et le fils fantaisie, qui mélange différentes matières, différentes couleurs. Ou encore le tissage et le tricotage, eux aussi bien représentés dans le Tarn.

À ces spécialités déjà anciennes, de nouveaux débouchés locaux suscitent une forte innovation, par exemple pour l'aéronautique (il y du textile dans les ailes d'avion, pas seulement sur les sièges...), pour la santé (production de bio-textiles pour les pansements et les textiles chirurgicaux), pour l'agriculture (voiles de protection des cultures), pour le BTP (isolant, renforcement et allègement des structures). Ces entreprises se développent actuellement en Ariège, autour de Pamiers, Lavelanet.

D'autres spécialités naissent ou se développent pour répondre à un besoin nouveau, comme l'effilochage, qui se développe depuis quelques années, grâce à la récupération des textiles usagés et issus du tri des déchets (ceux que vous avez emballés selon la méthode proposée dans le précédent billet, par exemple). Ce procédé permet de libérer la fibre dans des machines à déchiqueter, après un tri préalable par couleur et par matière pour la réutiliser dans la filière classique habillement-ameublement, ou en vrac si le produit fini est utilisé comme isolant dans le bâtiment.

Innover dans le textile, qu'est-ce que cela signifie concrètement ? La recherche peut porter sur les matériaux, sur les procédés techniques, sur la satisfaction de nouveaux usages.

C'est d'une part le Plan industriel stratégique, plan de développement gouvernemental pour relancer les productions industrielles françaises qui bénéficient d'un savoir-faire de ses ouvriers et ingénieurs. En particulier l'industrie textile fait partie des secteurs mis en avant car elle peut profiter d'une ressource renouvelable. Par exemple, la filière chanvre est relancée dans trois régions françaises, le Nord, l'Alsace et le Midi toulousain. C'est une production végétale locale qui nécessite fort peu d'intrants, qui n'épuise pas les sols. Le chanvre entre désormais dans l'isolation thermique du bâtiment mais aussi à nouveau dans les mélanges de fibres pour l'habillement. L'innovation porte ici essentiellement sur le rouissage, opération par laquelle on débarrasse la fibre de son enveloppe. Un autre domaine d'innovation sur les matériaux : le filage de biopolymère issu du maïs. Ou encore les textiles « intelligents » par exemple pour des usages médicaux, ou encore des textiles « producteurs d'énergie » - (imaginez : vous marchez et en même temps vous rechargez votre téléphone).

De nombreux travaux de recherche portent également sur des opérations techniques : par exemple le montage par soudure et non plus par couture, le thermoformage - (dans quelques années, peut-être disposerez-vous d'un poste de soudure dans les ateliers de Tata Georgette !).

Un autre outil pour développer l'innovation régionale est le Creuset Innovation, un cluster d'une dizaine d'entreprises qui regroupent leurs compétences pour des projets innovants. Par exemple pour le développement d'un fil luminescent (développé par une filature ariégeoise). Un autre exemple : la maille appliquée au bâtiment, à l'aéronautique. Imaginez par exemple les tuyaux, les câbles passant dans des «chaussettes» adaptées à la taille d'un bâtiment.

Tous ces travaux de recherche, toutes ses applications industrielles déjà mises en œuvre dans l'industrie et pour certaines déjà entrées dans notre vie quotidienne sans que nous nous en rendions forcément compte. Tout cela contribue au redressement de la filière textile, tant en nombre d'emplois, qu'en exportations, ou en chiffre d'affaire : le bonheur au bout du fil ! De tout cela, il ressort que le textile déborde largement les domaines traditionnels de la mode et de l'ameublement. En clair, demain, le textile ne servira pas seulement à nous habiller.

En tout cas, nos conférenciers étaient passionnants, très pédagogues, et ont de plus répondu très aimablement à toutes nos questions ; ce compte-rendu ne donne qu'un pâle reflet de leurs très intéressants propos. Merci beaucoup à eux.

Notez dès à présent dans votre agenda que la prochaine conférence organisée par Pénélopée aura lieu le 3 mars : «Design et création textile».

Pour en savoir plus :

http://www.materio.com/

http://www.futurotextiles.com/

http://www.future-shape.com/fr/

http://innovatheque.fr/fr

Lire la suite

Voir Montbrun-Bocage et s'enrhumer...

3 Décembre 2013 , Rédigé par Tata Georgette

L'affiche était avenante, pimpante. J'y suis donc allée d'un pas léger et le cœur allègre.

Et voilà que je me suis retrouvée à patauger dans un champ boueux, à errer d'une tente à l'autre à la recherche d'un organisateur pour savoir où auraient lieu les ateliers qu'on m'avait demandé d'animer. Il y avait bien une sorte de tente ouverte à tous vents, avec quelques tables et des bancs épars, mais je n'imaginais pas qu'on puisse proposer des ateliers «crochet» dans un lieu pas chauffable (en dépit d'une soufflerie entêtante) un premier décembre, alors que le crochet est une activité assise, assez statique. De plus, les ateliers n'étaient pas annoncés, affichés nulle part, parce qu'il est «impossible d'indiquer une heure», selon la personne qui m'a enfin renseignée (quoique l'on n'ose pas vraiment employer ce mot), à charge pour les visiteurs éventuellement intéressés de deviner où et quand ! Alors même qu'au cours de la semaine précédente, on m'avait bien préciser 11h et 14h... Mais il est vrai que d'autres cherchaient en vain le lieu des projections de films.

Bon ! me suis-je dit, c'est la campagne, on vit à l'heure du soleil, avec le chant du coq pour se lever le matin et le coucher du soleil pour se coucher le soir. Entre les deux, on se débrouille... Bref, les ateliers, que j'avais préparés n'ont pas eu lieu. Est-ce dommage ? je n'en suis pas persuadée.

En fait de Journées de la laine, il s'agissait d'une sorte de campement improvisé rassemblant des néo-ruraux «canal historique» sortis tout droit des années 70. Trois générations de baba-cools durables et locaux, des grands-parents en pull de laine brute non teinte aux petits-enfants en couche-culotte en chanvre bio : c'est émouvant !

Il y avait tout de même quelques exposants qui proposaient des laines ou des créations remarquables :

- deux feutrières en particulier : Françoise Euclide (de Saint-Antonin Noble-Val) qui crée des chapeaux en feutre très aériens ou Martine Thibaut (mart.thibaut.free.fr ) qui réalise de très beaux vêtements d'une seule pièce, sans couture dans des coloris très denses,

- un fabricant de laine pour isolation dans le bâtiment (dont j'ai oublié nom),

- et aussi Renaissance Dyeing, grand teinturier au goût exquis et au savoir-faire éblouissant venu se perdre au fin fond d'une tente mal éclairée (et pas chauffée non plus),

- une productrice de laine mohair extraordinairement fine.

Pour le reste nous n'avons pas vu grand-chose de remarquable, il y avait les sempiternels objets et vêtements «fait main» de style plus ou moins rustique (dans le style «j'ai garé mon mouton en double-file), de style plus ou moins folklorique (plus exactement ariègo-sud-américano-avec-un-détour-par-Katmandou), que l'on voit depuis environ cinquante ans, style qui, assez souvent, cache tant bien que mal un manque de technicité et de créativité artistique. Bref, on comprend mal ce que la filière «laine» locale peut espérer de revigorant d'une telle manifestation nostalgique et passéiste, inorganisée - et boueuse.

Bilan de la journée : un rhume féroce qui me tient encore, en plus d'une déception certaine car la laine est un matériau passionnant et exceptionnel qui mérite mieux.

L'an prochain ?

Lire la suite

Les tournois de l'été

8 Juillet 2016 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Ça n'a rien à voir quoique..., #Billet du jour

Le Moyen Âge est l'époque de prédilection des spectacles de reconstitution historique. Rejouer des tournois, des batailles, des événements qui ont marqué leur époque ou tout simplement le quotidien de nos lointains ancêtres, tout est prétexte à mettre en scène cette époque.

Au début, les reconstitutions médiévales tenaient plus de la mascarade avec des déguisements approximatifs. Avec le temps, et en s'appuyant sur les nombreux travaux d'historiens qui se sont penchés sur la vie quotidienne médiévale, dont le fameux «Montaillou village occitan» de Leroy-Ladurie, publié dans les années 1970, la démarche s'est bien affinée, se rapprochant ainsi de l'archéologie expérimentale.

On trouve désormais de nombreuses troupes d'amateurs éclairés qui consacrent leurs loisirs à des reconstitutions minutieuses, très bien documentées. Dans ces reconstitutions, le costume tient bien sûr une place de choix ; tissus qui imitent le plus possible ceux de l'époque, (donc pas de synthétique, peu de coton, mais de la laine, du chanvre, du lin), des couleurs obtenues selon les recettes médiévales, des ornements et des passementeries copiées sur les quelques restes dont disposent les musées ou qui figurent aussi dans l'iconographie. Même la coupe des vêtements suit du plus près possible les modes de l'époque médiévale.

Voici un bref calendrier des fêtes médiévales de la région, où il sera possible d'admirer le travail de longue haleine des «reconstitueurs» :

En juillet :

09 - Lapradelle-Puilaurens 11 –

09 et 10 – Montaner 64 – Marché

09 et 10 – Fumel 47 – Médiévales du châtea de Bonaguil

10 – Rocamadour 81

13 et 14 – Cordes-sur-Ciel – Fêtes du Grand fauconnier dans un véritable village médiéval, où se croisent dans les ruelles les «médiévaux», défilés, et même une taverne proposant des «breuvages» d’époque...

15 et 16 – Lombers 81

16 – Saint-Izaire 12

17 – Villeneuve d’Aveyron 12 – Féérie médiévale

20 – Tuchan 11 – château d’Aguilar

21 au 24 – Lagarde-Viaur 81

23 et 24 – Balaruc-le-Vieux 34

23 et 24 – Leuc 11

26 – La Couvertoirade 12 – Mascarade médiévale

29 au 07 août - Taussac 12

30 et 31 juillet – Mazamet 81 – Château d’Hautpoul

31 – Sainte-Eulalie-de-Cernon 12

En août :

03 et 04 – Tuchan 11 – Château d’Aguilar

06 et 07 – Mauvezin 65

06 et 07 – Termes d’Armagnac 32
06 et 07 – Mazères 09

07 – Penne d’Albigeois 81

07 et 08 – Gourdon 46

09 et 10 – Duilhac 11 – château de Peyrepertuse

12 – Foix 09 – Banquet de Gaston Febus, organisé par l’association Foix Terre d’histoire, en plein centre du centre historique de Foix

13 – Aurignac 31

14 et 15 – Monflanquin 47

27 – Brusque 12

27 – Burlats 81 – Festival des troubadours

27 et 28 – Vielmur-sur-Agout 81

Et ce n'est que la partie régionale, puisqu'il y a environ 600 fêtes médiévales, rien qu'en France, chaque année. Soit plusieurs milliers en Europe, sur les routes de vos vacances.

Vos prochains rendez-vous textiles
à Toulouse et dans la région...

Les tournois de l'été
Lire la suite

Fait chaud  ? ? ?

16 Juillet 2022 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Fibres à la folie

Serait-ce une canicule  ? en tout cas c’est l’été et comme on ne peut pas vivre dans une grotte bien fraiche, autant s’habiller confortablement pour cette saison chaude.

Pour les formes, on privilégie les coupes amples, on évite tout ce qui est trop ajusté, ce qui colle à la peau.  On a envie de belles robes qui flottent dans l’air comme des drapeaux. Elles ne sont pas forcément difficiles à coudre.

Les couleurs claires sont très agréables puisqu’elles réfléchissent la lumière alors que les couleurs sombres l’emmagasinent. Et qui dit lumière, dit chaleur... Blanc, et toutes les couleurs pastel, les beiges, sont tout à fait adaptées, surtout si on a des activités au soleil. D’ailleurs, les couleurs pastel ne sont pas forcément nunuches... Autre avantage des couleurs claires, et pas des moindres, elles sont réputées ne pas attirer les moustiques, notamment le blanc, le bleu clair, le vert clair... Gardez le noir pour la soirée, ou quand la saison fraichira.

l semble apprécier le rouge, l’orange, le noir et le bleu cyan. Sachez que le cyan est une couleur entre le bleu et le vert. En revanche, ils restent indifférents au violet, au vert, au bleu et au blanc

Découvrez l'astuce ici : https://www.comment-economiser.fr/attire-moustique-peau-maison-jardin.html
l semble apprécier le rouge, l’orange, le noir et le bleu cyan. Sachez que le cyan est une couleur entre le bleu et le vert. En revanche, ils restent indifférents au violet, au vert, au bleu et au blanc

Découvrez l'astuce ici : https://www.comment-economiser.fr/attire-moustique-peau-maison-jardin.html
Certaines études montrent également que les moustiques sont plus attirés par les couleurs. Il semble apprécier le rouge, l’orange, le noir et le bleu cyan. Sachez que le cyan est une couleur entre le bleu et le vert. En revanche, ils restent indifférents au violet, au vert, au bleu et au blanc. Le remède La solution est simple ! Il suffit de choisir de s'habiller de préférence avec des couleurs claires. Le mieux est donc de porter un haut et un pantalon blanc pour éviter de les attirer. CE QUI ATTIRE LES MOUSTIQUES DANS LA MAISON une personne a attrapé un moustique entre ses doigts 5. La lumière Comme beaucoup d'insectes, les moustiques sont attirés par la lumière. Si vous laissez la fenêtre ouverte et que vous avez une lumière allumée... Tous les moustiques (et les autres insectes) du jardin vont rappliquer à l'intérieur ! Le remède Le soir, éteignez tout ce qui est susceptible de les attirer. Mieux vaut vivre dans la pénombre que de servir de buffet à ces petits vampires, n'est-ce pas ? Ou alors, fermez les fenêtres jusqu'au début de soirée. 6. L'eau stagnante On en trouve dans les gamelles d'eau des animaux et les soucoupes sous les pots de fleurs. L'eau, quand elle est immobile, attire les moustiques femelles pour pondre. Le remède Pensez à les vider régulièrement. Vous pouvez aussi tout à fait installer des moustiquaires sur votre fenêtre. C'est la solution radicale pour empêcher les moustiques d'entrer chez vous. Rassurez-vous. Ce n'est pas la peine de dépenser une fortune ! Vous pouvez très bien les faire vous-même grâce à ce tuto, pour faire des économies. Vous pouvez aussi installer des plantes répulsives sur les rebords des fenêtres. C'est joli et cela forme une barrière anti-moustique ! 7. La nourriture dont le fromage Comme pour d'autres insectes, la nourriture peut aussi être attractive. Il semble que ce soit particulièrement vrai pour le fromage. Car l'odeur des bactéries présentes dans le fromage leur plaît bien ! Mais les fruits et les restes de nourriture restent attractifs. Le remède Vous savez ce qu'il vous reste à faire ? Plus de nourriture qui traîne ! Rangez tout dans des boites, y compris le fromage et hop au frigo. CE QUI ATTIRE LES MOUSTIQUES DANS LE JARDIN un moustique posé sur une feuille humide 8. L'eau stagnante Dans le jardin, ce qui les attire, c'est l'eau qui stagne. Où est-ce qu'il peut y avoir de l'eau stagnante dans le jardin ? Dans les pots de fleurs, les soucoupes, la gamelle du chien, les citernes d'eau, les récipients près de la piscine... ...mais aussi les bains à oiseaux, les vieux pneus, les jouets des enfants... Bref, tout ce qui peut contenir de l'eau ! Pourquoi ? Parce que c'est exactement ce que cherchent les femelles pour pondre leurs œufs. Les larves grandissent à la surface de ces eaux immobiles. Et lorsqu'elles sont assez grandes... Elles s'envolent pour venir vous piquer ! Le remède La première des choses est d'éviter de trop arroser les plantes en été. Sinon, vous êtes sûr que les moustiques vont rappliquer. Veillez donc à bien vider chaque récipient à chaque fois qu'il pleut. Asséchez-les le plus rapidement possible, notamment quand vous venez d'arroser vos pots et vos jardinières. Et videz régulièrement les gamelles des animaux pour éviter la prolifération des œufs. N'oubliez pas quand même de leur donner à boire ! Pensez aussi aux gouttières ou aux canalisations où l'eau peut s'accumuler. Là aussi, évacuez l'eau dès que possible. Par contre, si vous avez une fontaine, pas de problème. En effet, les femelles ne pondent pas dans l'eau qui bouge. À votre tour... Vous connaissez d'autres erreurs à ne pas faire avec les moustiques ? Partagez-les avec nous en commentaire. On a hâte de vous lire ! Partagez cette astuce Vous aimez cette astuce ? Cliquez ici pour l'enregistrer sur Pinterest ou cliquez ici pour la partager avec vos amis sur Facebook. À découvrir aussi : L'Astuce Pour Trouver (Et Tuer) un Moustique Qui Se Cache Dans la Chambre. Enfin Une Astuce Pour Éloigner les Moustiques Naturellement. moustiques Vous aimez cette astuce ? Recevez les meilleures chaque matin. C'est gratuit. Pas de spam, promis, juré, craché ! Rejoignez-nous ! >> Déjà 3 millions de lecteurs ! Astuce précédente Astuce suivante propriétaire caht 10 Astuces Que Vous Devez Absolument Connaître Si Vous Avez un Chat. Le 24 Juin 2022 465K Vues Partager Enregistrer chat litière Comment Lutter Contre l'Odeur de Pipi de Chat ? Mes 3 Ingrédients Miracle. Le 29 Mai 2021 389K Vues Partager Enregistrer comment retrouver un chien perdu L'Astuce Stupéfiante Pour Retrouver Un Chien Perdu. Le 24 Novembre 2020 384K Vues Partager Enregistrer comment-economiser.fr > Animaux & Insectes > Voici Ce Qui Attire les Moustiques Sur la Peau, Dans la Maison et Au Jardin. 17K Vues Enregistrer Partager "Voici Ce Qui Attire les Moustiques Sur la Peau, Dans la Maison et Au Jardin." pixel Recevez nos p'tits trucs qui changent la vie C'EST GRATUIT Déjà 103 863 abonnés +de 15 000 arbres déjà plantés +de 15 000 arbres déjà plantés Vous partagez nos astuces avec vos amis en cliquant sur les boutons de partage Facebook et Pinterest Les publicités affichées sur nos astuces génèrent des revenus pour comment-economiser.fr comment-economiser.fr se sert d'une partie de ces revenus pour planter des arbres Voir comment ça marche >> MEILLEURS P'TITS TRUCS Nouveau + partagés + vus Comment Tuer les Mauvaises Herbes SANS Abîmer la Pelouse ? Quelles Plantes Aiment le Marc de Café ? (Et Celles Qui ne l’Aiment Pas). Canicule : Quand Faut-il Ouvrir et Fermer les Fenêtres ? L’Astuce de la Feuille de Papier Pour Éloigner les Mouches. Pourquoi Vous Devriez Mettre du Vinaigre Dans l'Eau des Pommes de Terre ? Puces de Parquet : 10 Astuces Qui Marchent Pour S'en Débarrasser Vite. 13 Plantes Brise-Vue Pour Cacher un Vis-à-Vis (Dans Votre Jardin). Comment Faire un Piège à Mouches Efficace Avec une Bouteille en Plastique. Pénurie de Papier Toilette : Pourquoi le Papier Va Manquer (Et Augmenter) ? 8 Erreurs Que l'On Fait Tous Quand On Arrose Les Plantes. Voir le reste du Top 50 >>

Découvrez l'astuce ici : https://www.comment-economiser.fr/attire-moustique-peau-maison-jardin.html
l semble apprécier le rouge, l’orange, le noir et le bleu cyan. Sachez que le cyan est une couleur entre le bleu et le vert. En revanche, ils restent indifférents au violet, au vert, au bleu et au blanc. Le remède La solution est simple ! Il suffit de choisir de s'habiller de préférence avec des couleurs claires. Le mieux est donc de porter un haut et un pantalon blanc pour éviter de les attirer.

Découvrez l'astuce ici : https://www.comment-economiser.fr/attire-moustique-peau-maison-jardin.html
l semble apprécier le rouge, l’orange, le noir et le bleu cyan. Sachez que le cyan est une couleur entre le bleu et le vert. En revanche, ils restent indifférents au violet, au vert, au bleu et au blanc

Découvrez l'astuce ici : https://www.comment-economiser.fr/attire-moustique-peau-maison-jardin.html

Et pour le choix des fibres, on bannit les fibres synthétiques pour ne porter que des fibres naturelles, le coton bien sûr, mais aussi le lin, et fibres un peu plus rares, le chanvre et la ramie.

Le coton, on ne le présente plus, c’est la fibre passe-partout, qu’on retrouve dans toute notre garde-robe. Quant aux trois autres, lin, chanvre et ramie, elles ont en commun d’être à la fois respirantes en laissant passer l’air et absorbantes de la transpiration tout en éliminant les mauvaises odeurs de cette dernière car elles sont naturellement anti-bactériennes. Tout comme la viscose de bambou, ou la fibre de lotus... si on trouve très aisément du lin, et aussi de la viscose de bambou, les deux dernières fibres sont encore rares à la coupe ou en coupon. Fouinez... fouinez...

Pour ce qui concerne la texture, on peut se vêtir de mousseline, tissu très fluide, plus ou moins transparent, de toile  légère, chambray par exemple  ; on oublie un peu la serge, plus raide et souvent épaisse.

Pour compléter les différents points abordés dans ce billet, vous trouverez ci-dessous quelques vidéos...

Bon été à vous   !

P.-s. Pour en savoir plus sur le chanvre...

Vos prochains rendez-vous textiles
à Toulouse et dans la région...

Lire la suite

L'ébéniste du XIVe siècle

19 Novembre 2019 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Ça n'a rien à voir quoique..., #Billet du jour

Comment étaient habillés les ébénistes du XIVe siècle ? voilà bien une question intéressante posée par un confrère blogueur, ébéniste de son état, dont je suis le blog fort intéressant depuis déjà pas mal de temps car Christian Séguié y parle avec passion et compétence de son atelier, du bois et de ce qu'il en fait. On semble être assez loin du textile mais on n’est jamais très loin du textile, puisque le textile est toujours tout près de nous ; de plus, bois et textiles se rencontrent souvent, notamment par le maniement des divers instruments que nous utilisons pour nos travaux d'aiguille (œuf à repriser, dés, poinçons, boutons, etc....) comme en témoignent les récents billets de Christian à partir de la recherche d’un instrument en bois qui lui parut bizarre...(1)

Pour revenir aux vêtements des ébénistes médiévaux, c’est l’immense problème des textiles anciens disponibles. Toujours difficiles à conserver, et d’ailleurs souvent détruits par leur utilisateurs mêmes, en raison de l’usure, ou par les mites sans compter les changements de mode.

Donc, pour les vêtements des «gens de métiers» comme on disait alors, et pas seulement pour les ébénistes, on ne dispose nulle part d’un vêtement de cette époque qui nous serait parvenu. Nada, rien... seuls les costumes aristocratiques ont plus ou moins survécu au temps, et encore, très peu d'aussi anciens, et pour les époques ultérieures en fort petit nombre. Tout d’abord parce qu’en France, comme partout ailleurs, on recyclait constamment. Un pourpoint d’homme «de qualité» comme on disait, pouvait être retaillé pour un enfant ou revendu à un fripier qui le débitait assez souvent, en décousant les galons et autres parties ornementales, les cols, les manches, pour les vendre à part, et le vêtement allait ensuite faire le bonheur d’un homme du peuple, ébéniste ou pas. Les chausses, chemises et autres vêtements, finissaient après moult reprisages par être donnés aux pauvres, aux domestiques ou servir de rembourrage, de chiffons...

Et puis, la notion de vêtement de travail est assez récente, en gros depuis le courant du XIXe siècle. Les premiers à avoir eu un vêtement spécifique dès l'époque médiévale ont été les militaires, les ecclésiastiques, et encore était-ce un vêtement qui témoignait plutôt de leur état. Sinon, on ne faisait pas vraiment de différence entre vêtement de travail et vêtement ordinaire, d'autant que les garde-robe comptaient très peu de pièces.

Bon c’est bien beau, tout ça, s’impatiente Christian, mais mon ébéniste du XIVe, il n’allait tout de même pas tout nu ? non, rassurez-vous. Même s’il n’avait pas de sous-vêtement, qui sont apparus quasiment deux siècles plus tard et ne se sont généralisés que fin XVIIIe-courant XIXe.

Il y a quelques images, sur les vitraux, sur les enluminures... (pas de pinterest ni d’instagram) mais on y représente plus volontiers les paysans, et le seul homme du bois y est souvent Saint-Joseph, ou les ouvriers qui ont construit les cathédrales.

D’après ces images du XIVe, les vêtements du peuple étaient assez monochromes, les coupes assez rudimentaires, par exemple les manches étaient souvent attachées par des brides pour pouvoir être retirées lorsqu’il faisait chaud, ou lors d’efforts physiques. Une autre source historique est également constituée par des actes notariés, lors des successions ou des contrats divers. Par exemple, certains contrats d'apprentissage stipulent que le maitre d'apprentissage a le devoir d'habiller son apprenti en lui fournissant tel ou tel vêtement . Et dans ces documents notariés, surtout urbains, on peut avoir des descriptions très détaillées, mais détaillées selon les critères de l'époque, donc pas toujours compréhensibles pour nous.

Les fibres utilisées étaient le chanvre, la laine, le lin, disponibles partout en Europe, peu de coton qui était encore une fibre exotique et coûteuse. Pas de soie non plus bien sûr, beaucoup trop luxueuse et trop fragile, donc réservée à une haute aristocratie. Pour ce qui est de la sécurité, à part le tablier de cuir des forgerons,  le chapeau renforcé des mineurs, l'armure des militaires, il n’y avait pas grand chose. Pas de chaussures de sécurité non plus. Mais des gantelets qui protégeaient la main, pour les métiers du feu, pour les militaires, mais à ma connaissance par pour les métiers du bois.

Avec tout ça, je n’ai pas toujours pas répondu à la question de Christian. Depuis des années les associations de reconstitution historique s’efforcent d'y répondre en s'appuyant sur les recherches en archéologie expérimentale  menées par des chercheurs et universitaires afin de comprendre en quoi consistait le costume des gens  du peuple, des ouvriers, et plus largement les textiles anciens.

Voilà ! si vous avez d'autres éléments de réponse à apporter à Christian, vous pourrez également en profiter pour parcourir son blog. C'est le blog d'un passionné, toujours émerveillé par son métier et qui sait partager cet émerveillement.

1) cet instrument est un petit métier à broder.

En illustration, j'ai joint la vidéo qui présente la construction du château de Guédelon dont les animateurs ont à cœur de reconstituer les outils et procédés de l'époque médiévale. Et qui portent des vêtements reconstitués d'après les éléments présentés dans ce billet, mais avec les éléments de sécurité actuels...

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse et dans la région ..

Lire la suite