Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tata-Georgette

Articles avec #billet du jour tag

Ayudha Puja

22 Octobre 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Loin d'ici...

Voilà une fête bien étonnante destinée à nos braves machines à coudre, à nos aiguilles à tricoter et à tous les autres outils que nous utilisons pour nos loisirs textiles.

C'est une fête traditionnelle en Inde, mais on peut sans doute l'importer. La veille il faut bien nettoyer les machines, les outils, puis les décorer avec des fleurs après les avoir placés à l'honneur avec des offrandes.  Et le jour J leur laisser une journée complète de repos. Bien mérité. Comme un 1er mai pour les instruments de travail en quelque sorte.

Est-ce si absurde ? pour nos esprits occidentaux soi-disant pragmatiques, sans doute. Mais franchement qui n'a jamais parlé à sa machine à coudre ? Qui n'a jamais eu un petit mot agacé pour des aiguilles tordues ou un fer à repasser qui crachouille couci-couça sa vapeur ?  Qui n'a jamais eu un petit mot gentil pour des ciseaux à la coupe bien nette ?

Bref, pour être raccord avec la fête Ayudha Puja qui se déroulera en Inde, surtout dans l'Inde du sud, le weekend prochain,  commencez dès à présent à nettoyer votre machine à coudre, votre fer à repasser, vos divers outils. Graissez-les bien si nécessaire car si cela ne dispense pas d'une révision générale chez un mécanicien spécialisé en machine à coudre ou un réparateur professionnel pour les ciseaux et autres instruments coupant, c'est tout de même une bonne routine à mettre en place. Puis prenez un moment pour les mettre à l'honneur, pour les admirer, éventuellement en organisant une parade... Laissez-leur une journée complète de repos. Au passage, cela vous fait aussi une journée de repos... Avant de repartir pour une dure année de labeur.

Lire la suite

Au son du tambour

13 Octobre 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Ça n'a rien à voir quoique..., #Billet du jour

Dans le domaine textile, le mot «tambour» a deux acceptions.

Celui du tambour que l'on utilise pour broder, sur lequel on tend bien la toile. Il en existe de différentes tailles, libres ou montés sur pied, mais il s'agit toujours de deux cercles concentriques fixés l'un autour de l'autre, en bois de hêtre ou de bambou, en tout cas un bois assez flexible. Si le tambour à broder est d'un maniement un peu délicat au début de l'apprentissage de la broderie, il permet toutefois une grande régularité dans l'exécution de l'ouvrage. Il est même indispensable pour de nombreuses techniques de broderie comme par exemple les jours brodés, le punch needle, la peinture à l'aiguille, la broderie Richelieu, etc. On peut aussi l'utiliser comme encadrement de l'ouvrage brodé fini ou pour fixer des «attrape-rêve» réalisés en macramé ou au crochet. Bref, c'est un tambour bien accommodant et sans histoire.

Puis il y a le tambour de la machine à laver. D'abord, il est en métal, nettement plus bruyant, peu regardant sur la façon dont on enfourne le linge dans la machine et pas davantage quand on le ressort. D'où il s'ensuit des aventures diverses. Comme le mystère des chaussettes orphelines (à écouter ici). Partout dans le monde, les tambours de machines à laver sont des lieux de perdition pour divers éléments de garde-robe, comme en témoignent Xiu'e et son mari Wanji, à Taïwan. Ces alertes octogénaires ont organisé, pendant le confinement, un défilé de mode avec tous les habits oubliés par les clients de leur pressing depuis un certain nombre d'années. Le résultat est assez amusant comme on peut le voir ici.

Et si ce voyage au pays des tambours vous convient, vous pouvez le prolonger ici...

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Au son du tambour
Au son du tambour
Au son du tambour
Lire la suite

Brebis à lunettes et mailles périgourdines

4 Octobre 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Lectures textiles, #Billet du jour

L'automne est de retour et nous revient la furieuse envie de bien nous caler dans un bon fauteuil et de tricoter, tricoter, tricoter... Deux livres parus au cours de l'année écoulée peuvent s'avérer utiles.

Il s'agit de  «La brebis des Causses du Lot, sa laine, son usage au fil du temps» publié par l'association «La Caussenarde» née en 1998 qui consacre son activité à cette race ovine, la caussenarde, brebis lotoise qui a la particularité de porter des lunettes, disons comme des Ray-ban noires. Comme beaucoup d'espèces locales anciennes, celle-ci a bien failli disparaitre dans la tourmente de la mondialisation et sa laine jetée au rebut... Beau livre bien illustré, nourri de témoignages d'éleveurs, mais aussi contes locaux dont cette brebis est l'héroïne.   Publié par les éditions Édicausse - 46090 Argambal- 15€

Puis un autre livre régional consacré à la laine «Dans les mailles du Périgord». Les autrices, car c'est un ouvrage collectif, ne se sont pas enfermées dans un studio aseptisé et froid pour photographier les modèles qu'elles proposent, mais nous emmènent faire du tourisme dans leur belle région, ce qui est bien agréable en ces temps de virus récalcitrant. Elles se sont inspirées des paysages, de l'architecture, des couleurs du Périgord pour proposer des châles, écharpes, mitaines, ces accessoires douillets assez faciles à réaliser, mais chaque fois avec un aspect technique qui permet de progresser. Chaque modèle est bien sûr accompagné d'un pas-à-pas et d'un patron.  - Édité par Les livres de l'îlot - 24190 Neuvic - 19€

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Brebis à lunettes et mailles périgourdines
Brebis à lunettes et mailles périgourdines
Lire la suite

Couture des origines

2 Octobre 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Atelier

Quelle activité d'intérieur est bonne pour le moral, permet de développer une dextérité fine, de synchroniser les mains et le cerveau ? Pardi ! les travaux d'aiguilles !
Ce n'est pas qu'une lubie de bobo du XXIe siècle car déjà dans les temps préhistoriques les humains cousaient. Imaginez un groupe de chasseurs assis autour d'un bon feu, cousant les vêtements pour l'hiver en causant de la dernière chasse, ou de la prochaine... l'un détaillant les tendons pour en faire de fils à coudre, l'autre taillant une aiguille à coudre dans un os, un troisième préparant une peaux ou  des fibres végétales. C'est ce qu'on se plait à imaginer à la lecture de ce très intéressant billet du Muséum de Toulouse qui parle des «origines de la couture» et en particulier d'un des plus anciens outils de l'humanité : l'aiguille à coudre qui n'a pas changé de forme depuis cette époque lointaine.

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

 

Ill.  Trousse à couture paléolithique et contemporaine. Muséum de Toulouse. Photo : Catherine Teysseyre

Couture des origines
Lire la suite

Retour aux textes (de la mode)

24 Septembre 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Lectures textiles, #Billet du jour

C'est fou le nombre de gens sérieux qui s'intéressent désormais à la mode. Cette fois, ce sont des chercheurs de l'Institut national d'histoire de l'art (INHA) qui publient une monumentale anthologie de textes traitant de la mode.

Cette anthologie n'est pas à proprement parler une histoire supplémentaire de la mode. Le propos est plutôt une mise en perspective avec les autres domaines des sciences sociales et humaines. Damien Delille et Philippe Sénéchal qui ont dirigé cet ouvrage ont réuni les contributions d’une trentaine d’historiennes et historiens de la mode, de l’art et de l’économie, de théoriciens et de sociologues universitaires, de conservateurs de musée et de spécialistes des textiles, afin de fournir une vision historique et critique complète des manières d’écrire la mode et le vêtement.

«La première partie s’intéresse à la manière dont le visuel et le textuel circulent dans les différents supports de la mode. La deuxième partie s’appuie sur cette ambivalence entre art et consommation, afin d’envisager le rôle des lois somptuaires et les manières politiques d’imposer le costume civil dans les cours d’Europe, durant la période moderne. La troisième partie s’interroge sur les fondements de la discipline, en rappelant le rôle des arts dans l’histoire du costume. La quatrième partie consolide l’idée selon laquelle le vêtement est vecteur d’identités. La cinquième partie engage une exploration à la fois temporelle et géographique du vêtement, tandis que la dernière partie revisite l’histoire de la mode en Europe, à partir des métiers et des protagonistes qui l’ont construite.»

L'INHA développe depuis quelques années un travail de recherche en histoire de la mode, secteur qui fut longtemps négligé dans l'historiographie française. Et pour nous autres pauvres provinciales, l'INHA publie aussi un certain nombre de vidéos de ses séminaires et conférences.

Modes et vêtements Retour aux textes - sous la direction de Damien Delille et Philippe Sénéchal -  INHA, 2020 - 512p. Dans toutes les bonnes librairies, et bientôt ici.

Retour aux textes (de la mode)
Lire la suite

Rendez-vous à Grazac

9 Septembre 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour

Rendez-vous à Grazac

Lire la suite

Événement musico-laineux

25 Août 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour

Une bande de folles et de fous organise l'événement de la rentrée avec un festival musico-laineux. Ce qui est une première mondiale ! Et attention, pas des ritournelles d'antan fredonnées par des mémés épargnées par le covid mais des concerts rock/punk, musiques réputées être bien toniques. Pour la partie laine, il y aura des exposants, des ateliers dont la thématique principale est la chaussette, mais on y fera aussi du filage, du feutrage,de la broderie, et bien d'autres choses. Soit un programme bien riche pour cette première édition de Wool&Music. Les organisateurs cherchent encore quelques bénévoles pour aider à l'accueil.

Cela se passera à Grazac, un peu au sud d'Auterive, donc de Toulouse, les samedi 19 et dimanche 20 septembre 2020.

Événement musico-laineux
Lire la suite

Destination textile : Japon/Canada

10 Août 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Art textile, #Billet du jour, #Explorations textiles

Qui n'a pas envie de jouer dans les œuvres crochetées de Toshiko Horiuchi MacAdam's ?

 

Lire la suite
Lire la suite

Destination textile : Chine

27 Juillet 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Explorations textiles

Destination textile : dans les réserves textiles du Musée Guimet, avec en particulier une somptueuse robe impériale.

Lire la suite

Destination textile : Atlantique nord

20 Juillet 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Loin d'ici...

Perdue au milieu de l'Atlantique nord, une île avec des volcans et des moutons. C'est l'Islande. Devenue une destination touristique à la mode, l'ile est le paradis du tricot qu'Hélène Magnusson nous fait connaitre depuis plusieurs années. Elle est, à ma connaissance, la première à proposer des tricot-treks, en clair, on tricote, onmarche, on tricote, on marche, on tricote. La tradition islandaise est en tout cas une belle source d'inspiration pour l'hiver prochain.

Lire la suite

Revue de presse

12 Juillet 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Revue de presse, #Billet du jour

Voici quelques nouvelles textiles, d'ici et d'ailleurs.

Nous voilà rassurés, les défilés de prêt-à-porter féminin pour le printemps et l'été 2021 auront lieu à Paris en septembre 2020, très précisément du 28 au 6 octobre... pour en savoir plus : cliquez ici. Et les sympathiques défilés organisés par les écoles toulousaines de couture et de stylisme, quand auront-ils lieu ?

En ces temps de tenue légère, voire minimale pour ceux qui ont la chance d'être à la plage, voici un article intéressant sur l'art d'habiller le nu.

Et si les crèmes solaires présentent certains dangers sanitaires et environnementaux, qu'en est-il des vêtements anti-uv ?

Et que fait-on avec l'eau qui a servi à teindre les textiles ? une réponse en Belgique dans la vidéo ci-dessous.

Bon weekend à vous !  masquez-vous bien !

 

Lire la suite

Fantasmagorie : derniers jours

10 Juillet 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Art textile, #Billet du jour

On arrive aux derniers jours pour admirer l'exposition «Fantasmagorie» et revoir «Shirin Yoku : bain de forêt», exposition créée par Mapie des Vignes et Hela Sellergren.

Jusqu'au 12 juillet 2020
Lieu : Château de Lacaze - Tarn
samedi de 9h30 à 12h et dimanche de 15h à 18h

Fantasmagorie : derniers jours
Lire la suite

Peindre avec une aiguille ?

9 Juillet 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Art textile, #Billet du jour

Comme vous l'avez sans doute constaté dans l'Agenda, un nouvel atelier vient d'ouvrir près de Toulouse, le Plumarium à Lèguevin. S'il n'est pas consacré exclusivement aux arts textiles, ceux-ci y tiennent toutefois une place très honorable. Dès à présent, les ateliers de broderie animés par Catherine Monplaisi se proposent de vous faire découvrir deux techniques raffinées : la peinture à l'aiguille et la broderie Lunéville.

Tombée par hasard, dit-elle, dans la broderie à l'aiguille - mais y-a-t-il de vrais hasards ??? - elle a suivi une formation initiale chez Catherine Laurençon (MOF 2011, rien que ça !), puis elle a affiné son travail sur les nuances, les ombres, les lumières.

Catherine Monplaisi préfére partir d'une aquarelle, notamment celles de  Redouté pour les fleurs, plutôt que d'une photo, pour ne pas être prisonnière d'un rendu «objectif», pour utiliser l'objet représenté non pas comme fin en soi mais comme support à une œuvre textile originale. Et puis aussi parce que l'aquarelle rend très bien la lumière, le grain du papier, tout comme le pastel.

L'objectif est de réaliser une broderie, figurative le plus souvent, quoique les motifs géométriques ou abstraits peuvent fournir d'excellentes sources d'inspiration. On peut également s'inspirer de nombreux  artistes, j'imagine assez bien Turner, Odilon Redon, pourquoi pas Soulages ? pourquoi pas Enki Bilal ? Il ne s'agit pas de recopier platement, mais d'interpréter une œuvre graphique.

Pour les aspects techniques, le passé empiétant est quasiment le seul point utilisé, mais encore faut-il arriver à lui faire donner tout son potentiel car c'est typiquement le genre de point qui peut complètement «écraser» une broderie. Lors des stages, on utilise du mouliné de coton DMC dont on prélève UN fil, brodé sur de la toile de lin. On peut également utiliser de la soie plus chère mais qui a un rendu plus brillant, de la laine qui donne un beau volume aux points. Le très riche nuancier DMC permet de travailler les couleurs d'une façon extrêmement précise et fine. Bon, combien de fois ai-je dans ce billet employé des mots suggérant la finesse, le raffinement ? Vous l'avez bien compris, les amatrices de travail «à l'arrache» ou d'arte povera peuvent passer leur chemin. Mais celles qui veulent approcher l'art élégant et subtil de la peinture à l'aiguille... accourez, les places sont comptées lors des prochains stages de peinture à l'aiguille. Cela se passe au Plumarium.

Et la broderie Lunéville ? dans un prochain billet...

Peindre avec une aiguille ?
Peindre avec une aiguille ?
Lire la suite

Destination textile : à Burlats

7 Juillet 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

Tout l'été, l'entreprise lainière Missègle ouvre ses portes pour des visites guidées des ateliers, au cours desquelles on peut voir la transformation de la laine mohair, du mérinos, du cachemire, de l'alpaga.

Missègle, outre la production de laines à tricoter, fabrique des chaussettes, des bonnets et des pulls, surtout en laine naturelle, mais aussi en fil d'Écosse, avec des machines à la pointe de la technologie actuelle qui travaillent de concert avec quelques machines centetaires. Mais le remaillage se fait à la main afin d'assurer une excellente solidité aux articles tricotés et assemblés.

Ces visites sont proposées tous les mardis et les jeudis, à 11h et à 14h30. Il est préférable de réserver sa place en appelant au 05 63 51 09 86 ou ici.

Cela se passe chez Missègle - à Lafontasse - 81100 Burlats, à quelques kilomètres de Castres. Et si on décide de passer la journée ou le weekend à Burlats, on peut y faire d'agréables randonnées dans le massif du Sidobre et du canoé-kayak.

Lire la suite

Voyager en avion ?

1 Juillet 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Loin d'ici...

Les voyages en avion vous manquent-ils ? survoler des paysages bucoliques, le scintillement de la mer ? comme le propose Victoria Rose, originaire du Devon en Angleterre, qui brode sur des petits cercles à broder d'environ 7 cm. Voilà une idée de voyage broderie bien sympathique. Yapluka !!!

Voyager en avion ?
Voyager en avion ?
Lire la suite

Les nouveaux du carnet d'adresses...

24 Juin 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Bonnes affaires, #Billet du jour

Les partenaires habituels de nos loisirs textiles ont été mis à rude épreuve ces derniers mois, qu'ils soient commerçants, associations, prestataires divers. . Ne les laissez pas tomber !

Sans cesse à l'affût de ressources nouvelles, Tata Georgette continue ses explorations pour vous. Voici donc les derniers entrés dans le Carnet d'adresses.

Tout d'abord des animateurs de stages, d'ateliers :

Tissage Babou - Isabelle Hautefeuil - 20, rue des Douves - 33800 Bordeaux - tel 06 30 53 46 73

Lainamac - 23500 Felletin - formations «laine» : filage, tissage, tapisserie, teinture, broderie, etc.

et plus près d'ici :

Graine de fil - 26, impasse En Rely - 31380 Montrastruc-la-Conseillère - stages de tissage, filage au fuseau ou au rouet, piqué-libre animés par Ingrid Jobet -

Café Couture - 14, rue Maury - 31000 Toulouse - tel 06 86 70 83 35 - M° Jaurès - avec un espace couture, un espace café, des ateliers, des machines en libre accès -

Idéalists dont stop - 120, rue Achille-Viadieu - 31400 Toulouse - Cours de couture pour enfants ou adultes par Mylène Cauchefer, professeur diplômée de l'École Esmode-Paris 

Couture en L - 36, rue Saint-Rémésy - 31000 Toulouse - tel 06 60 25 11 97 - M° Carmes ou bus 12 - cours pour enfants et adultes

des «récupérateurs», du tri sélectif, du recyclage :

Le Relais - un réseau de récupération de textile dans toute la France

La Fibre du tri - il y a certainement un point de collecte près de chez vous...

une mercerie :

Esprit créatif - 7, rue de la Liberté - 31799 Mondonville - boutique animée par Christelle Zunino (mercerie, tissus, coupons, laine Phildar, et ateliers de couture pour débutantes) - tel 06 45 27 17 65

de la laine :

Missègle - laine à tricoter - vente en ligne et quelques points de vente dont Nuage de laine, à Toulouse - 81100 Burlats - tel 05 63 51 09 86 -

et pour finir, une source de documentation :

Annuaire des métiers d'art d'Occitanie -

Retrouvez toutes les rubriques du carnet d'adresses :

Lire la suite

Vite, un chapeau !

23 Juin 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Fibres à la folie

Vite un chapeau ! en coton ou en raphia. Voici quelques suggestions trouvées sur le blog d'Anne, très traditionnel au premier abord, mais qui regorge de modèles très variés, avec leurs grilles simples, très claires et assez rapides à réaliser.

Les chapeaux en raphia sont plus légers que ceux en coton et on trouve de très jolis raphias à crocheter, de toutes les couleurs, dans les bonnes merceries.

De plus, abriter sa tête sous un chapeau en raphia est déjà un voyage car cette fibre provient d'un palmier originaire de Madagascar (raphia farinifera). Maintenant produite en de nombreuses contrées, on fait avec cette fibre des nattes, des objets décoratifs, des cordages et bien plus encore car elle est très solide et se tient plus fermement que le coton qui a tendance à «s'écrouler» un peu sur la tête. Voyager dans une valise ne lui pose guère de problème et il reprendra facilement sa forme.

Plutôt que d'utiliser du sucre comme on le voit conseillé parfois, pour raffermir les bords, il est préférable d'utiliser du Powertex, qui est un solidifiant pour les matériaux poreux, donc comme les fibres textiles, dont on peut moduler l'effet obtenu, de très dur à juste un peu rigidifié. Par précaution, il vaut mieux procéder à des essais sur échantillons avant de traiter l'ouvrage fini, mais le rendu est très agréable. Le Powertex supporte les savonnages légers, ce qui est toujours agréable pour des éléments de garde-robe. On trouve ce produit dans les magasins de loisirs créatifs, plus rarement dans les merceries et magasins de tissus où il aurait pourtant toute sa place.

Et si vous rencontrez une difficulté pour crocheter votre chapeau, Tata Georgette assure encore quelques ateliers jusqu'à la mi-juillet.

P.-s. un livre utile pour les ouvrages en raphia :
«Sacs en raphia crochetés» - Éditions de Saxe -  17,90€

Lire la suite

Revue de presse

16 Juin 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Revue de presse, #Billet du jour

Quoi de neuf à propos du textile dans la presse ? il semble que les articles à propos de la couture des masques et autres surblouses commencent à passer de mode... et que les couturières vont retourner dans leur invisibilité ordinaire... mais peut-être pas, comme le démontre «Couture en chœur», en Aveyron. Par ailleurs, il semble bien que l'engouement pour la couture, déjà bien amorcé depuis quelques années, a été fortement consolidé dans toute la France par la production de masques maison. Le masque ? continuer à le porter ? ou non ? le débat n'est pas récent en France, comme on peut le lire ici. Et il semblerait que le thème des masques inspire également quelques tricoteuses...

Bon, et pour les gants ? les gantiers ont commencé à instruire le dossier d'inscription de leur savoir-faire au patrimoine immatériel de l'Unesco.

Quoi de neuf, sinon ? d'abord du vieux, très vieux même, qui daterait de moins 41 000 ans... comme le relate le Monde sous le titre «Neandertal, premier à corder» (humour codivien ?) à propos de la découverte, près de chez nous, en Ardèche, d'un petit bout de cordelette dans un petit amas de boue lui-même collé à un silex taillé. C'est à ce jour le plus ancien bout de cordage retrouvé, constitué de trois brins torsadés séparément puis assemblés et torsadés ensemble.  À quoi servait cette cordelette ? il faudra sans doute encore quelques fouilles et quelques trouvailles et quelques publications scientifiques pour en savoir plus. Mais enfin, cela fait chaud au cœur de se dire que l'humanité n'a pas fait que casser des cailloux dans son passé lointain.

Lire la suite

Retrouvailles

9 Juin 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Explorations textiles

Nos beaux musées textiles rouvrent leurs portes dans des conditions inédites qui peuvent dérouter et effrayer. Il faut dans certains cas réserver son créneau horaire,  dans tous les cas bien suivre le parcours de visite (c'est un peu ennuyeux quand on aime revenir sur ses pas pour une comparaison, une vérification). Il y a des écrans de plexiglas un peu partout pour limiter les contaminations entre public et personnel (on se croirait revenu au temps des vertes années de Tata Georgette, avec des hygiaphones dans tous les services publics). Les vestiaires sont fermés, mais en saison estivale, c'est un inconvénient mineur. Et puis il faut se désinfecter... en entrant, se désinfecter en changeant de zone, etc... de plus, dans les musées équipés ordinairement de cannes sièges, d'audiophones, le prêt de ces accessoires de visite est suspendu jusqu'à nouvel ordre.

Mais, la bonne nouvelle, c'est que, d'une part, le nombre de visiteurs est limité - en fonction de la taille du musée - et que d'autre part seul le public individuel est accueilli, mais pas les flux déversés par les autocaristes, par les établissements scolaires. Soyons un peu égoïstes !  il faut avouer que c'est très agréable de visiter musées et expositions dans ces conditions de calme.

Donc, c'est le moment de retrouver nos beaux musées textiles. Comme par exemple le Musée de la Mode à Albi qui fonctionne en horaires un peu restreints, de 15h à 17h30, du mardi au dimanche, et qui attend avec impatience de pouvoir proposer à nouveau des visites commentées - à partir du 22 juin peut-être ??? en tout cas avec la très belle exposition «Broderie» qui continue.

Ou le Musée départemental du textile à Labastide-Rouairoux qui jusqu'au début juillet propose de visiter gratuitement, pour compenser les désagréments évoqués plus haut. L'exposition "Collection 100% laine" qui présente une bonne partie de la collection de M. Lescure, collectionneur passionné, est prolongée en 2020.

Et pour finir ce billet, le Musée du textile et du peigne de Lavelanet a rouvert ses portes avec une belle exposition consacrée à l'histoire de la tonte des origines à nos jours à travers le monde. Rien que ça ! Pour le moment, les groupes y sont limités à une jauge de dix personnes... il est vivement conseillé à ces petits groupes de réserver. Et les visiteurs individuels sont bienvenus. Beaucoup de machines de l'exposition permanente sont en état de marche, y compris une nouvelle venue au musée : une machine à tricoter circulaire des années 1950.

Comme le weekend prochain sera probablement pluvieux (dixit la météo), voilà de bons endroits où se tenir au sec.

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Lire la suite

Coudre à la maison

18 Mai 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour

Puisqu'on se tue à vous dire que les superhéros ne sont pas ceux qui portent des capes, mais celles qui les cousent... depuis 2006, comme le faisait Fred Vargas, en dépit de quelques rires goguenards...

La vie continue avec
vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Lire la suite

Prochaines semaines textiles

14 Mai 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Prochaines semaines textiles, #Billet du jour

Après ce long confinement, nos activités textiles reprennent peu à peu. Toutefois, les ateliers de Tata Georgette ne reprendront pas avant juin, sous toute réserve.
Pour les autres activités textiles, vérifiez bien auprès des organisateurs pour avoir confirmation des dates, heures et conditions d'accès.
La plupart de nos fournisseurs habituels, ont mis en place un protocole bien précis pour vous recevoir dans les meilleures conditions sanitaires, comme  Fifi Jolipois, qui  vous reçoit sur rendez-vous, et à des horaires aménagés, comme Kréatiss qui a même prévu des kits-masques ou Arrow Workshop que vous retrouverez à partir du 14 mai, et tous les autres qui rouvrent leur boutique cette semaine.
 
Donc, les dates ci-dessous sont purement indicatives et doivent être vérifiées. Mais que fait donc Tata Georgette pendant ce temps  ? des masques !
 

vendredi 15 mai 2020

de 10h à 12h - Le Rococo et la mode vestimentaire
conférence par Sabine Pressenda, formatrice à l'école Esimode
Tarif : 50€ le cycle complet de conférences
Lieu : Université du temps libre UTL - 56, rue du Taur - 31000 Toulouse -

Renseignements et inscription ici (rubrique UTL)

samedi 16 mai 2020

du lundi 18 au vendredi 22 mai 2020

Stage - Approche des procédés écologiques et alternatifs pour teindre la laine ou la soie en couleurs naturelles
par Charlotte Marembert
Renseignements, tarif, inscription auprès de Lainamac
Lieu : Lainamac - 23500 Felletin
Pour y aller : le covoiturage avec Mobicoop ou  l'autopartage avec Citiz

du jeudi 21 au samedi 23 mai 2020

de 9h30 à 18h - Salon national du boutis - 5e édition
Lieu - Centre Saint-Exupéry - 31132 Caissargues -
Entrée : 3€ - Gratuit pour les moins de 12 ans

Pour y aller : le covoiturage avec Mobicoop ou l'autopartage avec Citiz

du lundi 25 au vendredi 29 mai 2020
 
Stage - Création de motifs et impressions textile naturelles sur fibres cellulosiques et animales - par Juliette Vergne
Renseignements, tarif, inscription auprès de Lainamac
Lieu : Lainamac - 23500 Felletin
Pour y aller : le covoiturage avec Mobicoop ou  l'autopartage avec Citiz

du lundi 25 au vendredi 29 mai 2020

Stage de tissage
Lieu : Tissage Babou - 20, rue des douves 33800 Bordeaux
Tel  : 06 30 53 46 73 - Renseignements, tarif, inscription ici.

vendredi 29 mai 2020

de 10h à 12h - L'Orientalisme et la mode vestimentaire
conférence par Sabine Pressenda, formatrice à l'école Esimode
Tarif : 50€ le cycle complet de conférences
Lieu : Université du temps libre UTL - 56, rue du Taur - 31000 Toulouse -

Renseignements et inscription ici (rubrique UTL)

jusqu'au vendredi 29 mai 2020

Exposition : Textile 3D -
sur la numérisation des tissus anciens et fragiles que possède le musée
proposée par l'INRIA de Grenoble et de Bordeaux, l'Institut d'optique Graduate School, et Océ Print Technologie
Lieu : Musée d'ethnographie de Bordeaux - Université de Bordeaux - Bt E (accès au 6, rue Élie Gintrac) - 3ter, place de la Victoire - 33000 Bordeaux

jusqu'au dimanche 27 décembre 2020

Exposition «Broderie»
Lieu : Musée de la mode - 17, rue de la Souque - 81000 Albi - tel 05 63 43 15 90 -

du samedi 30 mai au lundi 1er juin 2020

Marché des tisserands - 40e édition
Lieu : 24360 Varaignes

Pour y aller : le covoiturage avec Mobicoop ou  l'autopartage avec Citiz

mercredi 3 juin 2020

  • de 14h30 à 16h30- Atelier Tata Georgette
    Pour broderie, tricot, crochet, selon votre choix
    - initiation pour débutante,

    - perfectionnement,
    - accompagnement de projet
    Thème du jour :
    crocheter en volume - crocheter un doudou
    Tarif, renseignements ICI...  - Pour participer,  inscrivez-vous ICI... 
    Lieu : Kréatiss - 3, impasse Ada-Lovelace - 31830 Plaisance-du-Touch -
    Tel  05 61 49 41 05

    et pour les autres ateliers proposés par Kréatiss, c'est ici...

vendredi 5 juin 2020

de 10h à 12h - L'impressionnisme et la mode vestimentaire
conférence par Sabine Pressenda, formatrice à l'école Esimode
Tarif : 50€ le cycle complet de conférences
Lieu : Université du temps libre UTL - 56, rue du Taur - 31000 Toulouse -

Renseignements et inscription ici (rubrique UTL)

 

Prenez soin de vous et de vos proches
(et cousez des masques).

Lire la suite

Confinement J+53

8 Mai 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Ça n'a rien à voir quoique...

La fin du confinement approche. Faut-il pour autant crier victoire ?  si on anticipait plutôt la troisième pénurie ?

Épisodes précédents : vous vous souvenez probablement de cet effroi qui nous a pétrifiés devant les rayons des magasins vidés du moindre papier toilette ? cela n'a pas duré mais tout de même assez pour ébranler quelques fières certitudes.

Puis pour pallier le manque cruel de masques, partout on s'est mis à coudre des masques ; d'ailleurs, il n'a jamais autant été question de couture dans la presse régionale...  Mais cette ardeur couturière a déclenché une vaste pénurie d'élastiques qui a mis en ébullition toute la blogosphère. Il s'en est même causé dans des journaux autrement sérieux que ce modeste blog... Il y a bien eu le pittoresque conseil de découdre les élastiques des culottes (et après ma culotte tient comment ? avec des bretelles ?), de coudre un cordon à nouer (bonjour les cheveux coincés dans les nœuds...), bref, ce sont là des solutions de dépannage du dépannage.

En certains endroits, les prix de cet article ordinairement discret ont fortement augmenté... pendant que beaucoup de boutiques, qui font pourtant de gros efforts pour recevoir leur clientèle en mettant en œuvre toutes les règles de sécurité sanitaire, n'ont pas augmenté leurs prix d'un centime.  Les magasins de tissu ont pu ouvrir à nouveau leurs portes, les merceries aussi, donc nous allons sortir de cette impasse que ceux qui ne cousent jamais n'imaginaient pas en conseillant aux «petites mains» de coudre des masques. Un jour, promis, je ferai aussi un billet sur cette expression «petites mains» qui m'agace prodigieusement.

Bon, et la troisième pénurie ? Et bien beaucoup d'entre nous ont passé cette période de confinement en pantoufles, en chaussettes, voire même pieds nus. Beaucoup ont peu marché, se limitant au strict nécessaire pour le ravitaillement et la toute petite promenade de santé quotidienne. Adieu escarpin, derby, ballerine, richelieu, botte, sandale, mocassin, soulier, chaussure de sécurité ! pendant ce temps-là, nos pieds retrouvaient leur aisance de pied de bébé, la peau s'est un peu ramollie, les doigts de pied ont pris l'habitude de batifoler joyeusement parce que déconfinés de l'obscure promiscuité de la chaussure. Bref, vous allez vous remettre à marcher avec des chaussures aux pieds. Et alors là, attention aux ampoules. Bien sûr, si vous faites la grimace en marchant, personne ne s'en apercevra puisque vous aurez votre joli masque cousu maison sur la figure. Mais, les ampoules sont douloureuses. Donc dès demain allez acheter des sparadras, des pansements pour ampoules, sinon, en plus d'être masqués, nous allons tous boiter ! sans compter qu'il faudra bien soigner aussi ce désagrément. Bon courage, portez-vous bien !

Confinement J+53
Lire la suite

Confinement J+36

21 Avril 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Ça n'a rien à voir quoique...

Pour leurs tâches quotidiennes au contact des pensionnaires des ehpad, pour les soins du corps, pour le ménage, les personnels n'ont d'autre ressource que de faire appel au bénévolat pour s'équiper en surblouses. Heureusement la solidarité et l'entraide ne sont pas de vains mots, et beaucoup de machines à coudre vrombissent en ce moment pour aider les personnels de première ligne que les dirigeants  n'avaient pas jugé utile d'équiper correctement. 

Sans doute avez-vous vu de tels cas relatés par la presse régionale de votre contrée. Il y a sans doute près de chez vous un ehpad dont le personnel est dans le besoin.  À titre d'exemple un ehpad des Sept-Deniers à Toulouse bénéficie du soutien d'une quinzaine de couturières amateures qui s'activent à fabriquer les cinquante et quelques surblouses requises.

Ces vêtements de sécurité improvisés doivent se rapprocher le plus possible des caractéristiques techniques requises ordinairement pour un usage le plus fiable possible  :

  • dans une toile de coton supportant un lavage à 60°C, par exemple un vieux drap, enfin pas trop vieux car le tissu ne serait ni assez étanche ni assez solide, car la surblouse est lavée après chaque usage,
  • entièrement couvrant jusqu'à mi-mollet,
  • manches longues resserrées au poignet, exclusivement par élastique, à l'exclusion de tout autre système de fermeture,
  • encolure ras du cou,
  • ouverture/fermeture impérativement au dos, par velcro, à l'exclusion de tout autre système de fermeture,
  • pas de poche, ni aucune autre fioriture.
  • Pour des informations professionnelles cliquez ici.

Il va de soi que les couturières amateures bénévoles n'ont pas la capacité de fabriquer à domicile, des surblouses répondant strictement à ce cahier des charges. L'une ne sait pas trop monter les manches, l'autre n'a pas tout à fait assez de tissu et une des surblouses est plus petite... une autre n'a pas d'élastique disponible, ou pas de velcro... les merceries sont fermées, les supermarchés n'ont pas forcément ces articles en rayon. Bref, l'heure est à l'improvisation !

Pour les masques, on peut participer ici.

Si nous partions en guerre, la vraie, faudrait-t-il solliciter les fablabs pour fabriquer les chars d'assaut destinés aux combattants de première ligne ?

Voir patron et notice ici...

Lire la suite

Confinement J+33

18 Avril 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Prochaines semaines textiles, #Art textile

Voilà une initiative originale !
 
vendredi 24 avril 2020
 
de 14h30 à 17h - Stage en ligne : bols en laine feutrée
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>