Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tata-Georgette

Articles avec #explorations textiles tag

Destination textile : Japon/Canada

10 Août 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Art textile, #Billet du jour, #Explorations textiles

Qui n'a pas envie de jouer dans les œuvres crochetées de Toshiko Horiuchi MacAdam's ?

 

Lire la suite
Lire la suite

Destination textile : Chine

27 Juillet 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Explorations textiles

Destination textile : dans les réserves textiles du Musée Guimet, avec en particulier une somptueuse robe impériale.

Lire la suite

Destination textile : à Burlats

7 Juillet 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

Tout l'été, l'entreprise lainière Missègle ouvre ses portes pour des visites guidées des ateliers, au cours desquelles on peut voir la transformation de la laine mohair, du mérinos, du cachemire, de l'alpaga.

Missègle, outre la production de laines à tricoter, fabrique des chaussettes, des bonnets et des pulls, surtout en laine naturelle, mais aussi en fil d'Écosse, avec des machines à la pointe de la technologie actuelle qui travaillent de concert avec quelques machines centetaires. Mais le remaillage se fait à la main afin d'assurer une excellente solidité aux articles tricotés et assemblés.

Ces visites sont proposées tous les mardis et les jeudis, à 11h et à 14h30. Il est préférable de réserver sa place en appelant au 05 63 51 09 86 ou ici.

Cela se passe chez Missègle - à Lafontasse - 81100 Burlats, à quelques kilomètres de Castres. Et si on décide de passer la journée ou le weekend à Burlats, on peut y faire d'agréables randonnées dans le massif du Sidobre et du canoé-kayak.

Lire la suite

Retrouvailles

9 Juin 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Billet du jour, #Explorations textiles

Nos beaux musées textiles rouvrent leurs portes dans des conditions inédites qui peuvent dérouter et effrayer. Il faut dans certains cas réserver son créneau horaire,  dans tous les cas bien suivre le parcours de visite (c'est un peu ennuyeux quand on aime revenir sur ses pas pour une comparaison, une vérification). Il y a des écrans de plexiglas un peu partout pour limiter les contaminations entre public et personnel (on se croirait revenu au temps des vertes années de Tata Georgette, avec des hygiaphones dans tous les services publics). Les vestiaires sont fermés, mais en saison estivale, c'est un inconvénient mineur. Et puis il faut se désinfecter... en entrant, se désinfecter en changeant de zone, etc... de plus, dans les musées équipés ordinairement de cannes sièges, d'audiophones, le prêt de ces accessoires de visite est suspendu jusqu'à nouvel ordre.

Mais, la bonne nouvelle, c'est que, d'une part, le nombre de visiteurs est limité - en fonction de la taille du musée - et que d'autre part seul le public individuel est accueilli, mais pas les flux déversés par les autocaristes, par les établissements scolaires. Soyons un peu égoïstes !  il faut avouer que c'est très agréable de visiter musées et expositions dans ces conditions de calme.

Donc, c'est le moment de retrouver nos beaux musées textiles. Comme par exemple le Musée de la Mode à Albi qui fonctionne en horaires un peu restreints, de 15h à 17h30, du mardi au dimanche, et qui attend avec impatience de pouvoir proposer à nouveau des visites commentées - à partir du 22 juin peut-être ??? en tout cas avec la très belle exposition «Broderie» qui continue.

Ou le Musée départemental du textile à Labastide-Rouairoux qui jusqu'au début juillet propose de visiter gratuitement, pour compenser les désagréments évoqués plus haut. L'exposition "Collection 100% laine" qui présente une bonne partie de la collection de M. Lescure, collectionneur passionné, est prolongée en 2020.

Et pour finir ce billet, le Musée du textile et du peigne de Lavelanet a rouvert ses portes avec une belle exposition consacrée à l'histoire de la tonte des origines à nos jours à travers le monde. Rien que ça ! Pour le moment, les groupes y sont limités à une jauge de dix personnes... il est vivement conseillé à ces petits groupes de réserver. Et les visiteurs individuels sont bienvenus. Beaucoup de machines de l'exposition permanente sont en état de marche, y compris une nouvelle venue au musée : une machine à tricoter circulaire des années 1950.

Comme le weekend prochain sera probablement pluvieux (dixit la météo), voilà de bons endroits où se tenir au sec.

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Lire la suite

Textile Tour au Népal

4 Février 2020 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

Voici une annonce pour les aventurières du textile... un voyage textile au Népal du 18 avril au 3 mai 2020. C'est bientôt, et il est encore temps de s'inscrire.

Pour plus de précisions, contactez Christine ici.

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Textile Tour au Népal

Lire la suite

Faux-semblants

22 Juillet 2019 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Art textile, #Explorations textiles, #Billet du jour

Florence Baudin expose au Musée du textile et de la mode de Cholet,
jusqu'au 22 septembre 2019.

 

Faux-semblants
Lire la suite

Ikat, tissus de vie

7 Juin 2019 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Lectures textiles, #Billet du jour

Décidément, le thème «de l'Orient à l'Occident» (ou vice-versa) se prête à de nombreux événements textiles. Nous avons eu récemment à Toulouse « Bleu, de l'Occident à l'Extrême Orient» qui était le thème de la conférence de Dominique Cardon, au cours d'un mois de mai tout bleu, c'est maintenant au tour de Clermont-Ferrand de proposer une exposition d'ikats, technique tout à fait remarquable mêlant impression sur chaine et tissage, dans laquelle de nombreux peuples se sont illustrés, sur tous les continents.

Cette exposition est l'œuvre de l'association Parole & patrimoine ; elle termine un périple commencé en Bretagne, puis s'est prolongé à Niort. Dommage qu'elle ne soit pas venue jusqu'à Toulouse... il est vrai que nous avions déjà eu une très belle exposition en 2015.

Et si l'Asie, c'est loin, Clermont-Ferrand aussi, il reste un beau livre :  «Ikats, tissus de vie, un voyage de l'Orient à l'Occident».

Où : au Musée Bargouin - à Clermont-Ferrand
Quand : jusqu'au 22 septembre 2019.

Vos prochains rendez-vous sur l’agenda...

Ikat, tissus de vie
Ikat, tissus de vie
Lire la suite

Biennale de Fanjaux

28 Septembre 2018 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

 

Cette manifestation est organisée par l'association De soie d'or et d'argent qui fête ses 10 ans cette année. C'est l'occasion de réunir des artistes et artisans qui travaillent le textile afin qu'ils présentent leurs réalisations. Certains animeront également des ateliers. Donc une belle manifestation. Il peut être plus prudent de s'inscrire au préalable aux ateliers... comme par exemple l'atelier de broderie de Nicolas Jover, ou l'atelier de tapisserie de haute lisse d'Emoké, ou de broderie japonaise d'Angélique Bazalgues, etc.

Il y aura aussi une exposition de cartes postales anciennes brodées, une exposition de boutis. Bref, beaucoup de belles choses à voir ou à expérimenter.

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse et dans ses environs...

 

 

Lire la suite

Fête du fil

11 Août 2018 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

Dix-neuvième édition de cette fête organisée par l'Office d'animation bastidien, la Fête du fil, les 14 et 15 août, offre de multiples facettes avec un programme particulièrement attractif cette année.

Tout d'abord avec quatre belles expositions :

  • Ian Berry et son «Secret Garden», jardin qui a troqué la couleur de la chlorophylle pour le bleu indigo.
  • Gabrielle Paquin avec « Design et graphismes » présente des quilts graphiques qui ont pour base la rayure et le textile rayé. Certaines œuvres, purement abstraites, d’autres figuratives stylisées ont pour fil conducteur la couleur est toujours présente et la rayure qui crée un fondu particulier entre les couleurs. Certains de ses travaux rappellent l'œuvre picturale de Bridget Riley, grande peintre du Op'Art.
  • La collection privée de patchworks anciens de Michel Perrier, en particulier des patchworks auvergnats (si, si, vous avez bien lu notre bonne Auvergne, loin du Middle West) en laine, «piècés» et rebrodés de laine colorée, mais aussi d'autres régions françaises du XIXe siècle et du début du XXe.
  • La broderie Grazig de Monik Paugam qui organise régulièrement des stages dans notre région.
  • Et si vous en avez assez d'envoyer des courriels, l'exposition d'art postal «Bleu...»  présente les créations postales, qu'il s'agisse de cartes postales ou d'enveloppes en tissus, brodées, dans la grande tradition du courrier brodé. Il s'agit d'une exposition participative, s'il est trop tard pour envoyer vos œuvres, c'est peut-être l'occasion de venir trouver de l'inspiration pour vos prochains courriers.

Et encore près de 80 exposants pour un Salon des loisirs créatifs dont une vingtaine de boutiques qui proposeront fournitures et kits, tissus, laines à tricoter, dont également des artisans qui présenteront leur savoir-faire et leurs productions.

Une brocante-puces des couturières, où l'on pourra chiner tissus rétro, dentelles et mercerie anciennes, linge de maison d'autrefois, machines à coudre de collection, revues vintage, bref tout ce qui a au moins l'âge de Tata Georgette... (notez au passage l'effort sémantique pour ne pas employer le mot «vieux»).

Des ateliers pour s'initier à différentes techniques, dont la dentelle avec la participation de deux associations régionales : les Aiguilles et fuseaux de Rigautou et les Dentelières de Magalas ou encore à la couture.

Et pour l'occasion, aux Toiles de la Montagne noire, Jean-Claude Bordes fera  des démonstrations d'impression textile à la planche. À signaler qu'il organise au cours de l'année des stages pour les personnes et les groupes intéressés. On peut ainsi y imprimer foulard ou nappe avec des planches du XIXe siècle.

Sans compter que le Musée départemental du textile organise des Portes ouvertes ces deux journées, on pourra le visiter gratuitement, participer à des démonstrations de tissage organisées par les anciens ouvriers de l'usine, visiter également l'exposition «ça peint, ça tisse».

Et même, parce que tout ça, ça creuse, une foire gourmande rien qu'avec des produits locaux et régionaux, autrement dit rien que du régalant. Tout le programme détaillé est ici.

Quand : 14 et 15 août 2018
Où : Parc municipal - près du Musée départemental du textile - 81270 Labastide-Rouairoux
Renseignements ici.  entrée gratuite.

Vos rendez-vous textiles à Toulouse et dans ses environs...

Fête du fil
Lire la suite

Sari sur Garonne

5 Juin 2018 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

En 1970, Hiroko Iwatate, jeune Japonaise créatrice de tissus, découvre les villages reculés du Gujarat et du Rajasthan en Inde, difficilement accessibles par des pistes chaotiques, au milieu de véritables mers de sable.

Depuis cette époque, elle a constitué une remarquable collection. Son intérêt pour les tissus indiens, dont les sarasa, est parti d'un turban teint à la réserve qu'elle a pu photographier au Musée de Jaipur lors de son premier voyage - elle est retournée en Inde plus de soixante dix fois en plus de quarante ans... Mais revenons au sarasa : sur la toile de coton, des petits motifs sont imprimés au pochoir à partir de teintes végétales dans des couleurs douces. Chaque petit motif de sarasa a un nom spécifique, souvent fort ancien, tout comme le motif qu'il désigne.

Puis en partant de Jaipur, Hiroko Iwatate est partie à la découverte des villages alentours, Bagru, Kishangah, Jairanspur, Akora et Karadera, sous la conduite d'un chauffeur de taxi, M. Tak qui connaissait toute la région et les traditions vestimentaires de ses habitants… puis plus loin encore. Dans toutes ces contrées où le port du sari se maintient et où la tradition se perpétue. Dans tous ces villages où les femmes portent des kanjari, blouses brodées de fils rouges et de petits miroirs qui scintillent, des ghanghro, jupes de shibori richement plissées, des odhna, voiles de shibori, et des accessoires en argent ou en métal, on dirait qu’elles portent leurs habits du dimanche.

Hiroko Iwatate connait tous les musées indiens consacrés au textile,  comme à Ahmedabad, vieille ville, qui, outre le Musée Calico connu de maints amateurs d'art textile du monde entier,  compte de nombreuses boutiques de tissu contemporain ainsi que des boutiques de textiles brodés anciens. De rencontre en rencontre, c'est toute une filière et ses nombreux participants que Hiroko Iwatate a rencontrés : des commerçants bien sûr, des teinturiers dans les villages de teinturiers, le plus souvent installés le long de la rivière dont ils couvrent les rivages à perte de vue de tissus mouillés de toutes les couleurs  après le passage dans des cuves de teinture dont certaines remplies de teinture d’arizarine, alors que dans d’autres sont teints les tissus avec le turmeric jaune. Tout cela depuis plusieurs siècles.

Son horizon textile s'est également élargi au Cachemire, à l'Himachal Pradesh où les paysans portent des tissus de laine qu'ils filent et tissent pendant la saison hivernale. Puis elle a cherché des ikats dans l'est de l'Orissa Mais Hiroko Iwatate s'est intéressée à d'autres textiles, comme par exemple aux sangles de chameaux, aux tapis kilim, et aux nombreux autres tissus indiens.

Tant et si bien que le troisième étage de sa maison de Tokya est devenu la galerie d'art textile «Khadi Iwatate» où elle expose des tissus indiens et contemporains, teints et tissés à la main. Puis cette galerie est devenue le «Iwatate Folk Textile Museum». Si dans les années 90, en raison du développement intense de l'Inde, on avait pu craindre la disparition de cette belle tradition textile, en tout cas son appauvrissement et sa folklorisation, des jeunes designers ont pris le relais et travaillent à perpétuer et renouveler cette tradition artisanale millénaire.

La présente exposition a été mise en place par Shukuko Voss (commissaire d'exposition) et présente des pièces de cette collection privée et des photos du Iwatate Folk Textile Museum de Tokyo.

Quand : du 8 juin au 9 novembre 2018

Où : Espace Asia - 5, rue Croix Baragnon - 31000 Toulouse - tel 05 61 14 51 50

 

 

Vos prochains rendez-vous sur l’agenda...

Sari sur Garonne
Lire la suite

Kimonos

7 Mai 2018 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

Il a déjà été question du kimono dans ce blog. Il faut dire que ce vêtement japonais fait régulièrement l'objet d'expositions comme celle se déroulant en ce moment à l'Abbaye de Belleperche. Désormais peu porté au Japon,  le kimono n'est pas non plus un costume historique comme le sont nos crinolines et autres robes à panier, et il est toujours d'actualité.

Sa construction apparemment simple est faite de bandes textiles d'environ 38cm de largeur (pour les kimonos de femme, un peu plus pour les kimonos d'hommes), assemblées. Deux bandes pour le dos, deux pour le devant, une pour chaque manche. Il n'y a pas de couture d'épaule, et voilà le tour est joué pour un vêtement facile à coudre.

Au Japon, le tissu nécessaire pour coudre un kimono est vendu selon le gabarit unique de 13,5 mètres. Ni plus ni moins. Pas question de chipoter pour un peu plus ou un peu moins. Mais l'avantage, c'est qu'il n'y a pas de chutes de tissu. Ce vêtement droit, d'aspect rigide, voire hiératique, ne prend pas appui sur la taille ou les hanches comme la plupart des vêtements occidentaux, mais sur les épaules (d'où son nom qui signifie «porté sur les épaules») et se prête néanmoins à de multiples adaptations dont ne se sont pas privés les couturiers occidentaux. Par ailleurs, la simplicité de la coupe n'empêche un grand raffinement des motifs et une réelle sophistication du port de ce vêtement qui demande une gestuelle très raffinée, pour allier simplicité et élégance.

En ce moment et jusque fin septembre, une partie de la collection d'Anita Henry, conférencière spécialiste du Japon vous attend à l'Abbaye de Belleperche, accompagné de la collection Valfré qui est un ensemble unique consacré au thé. Les vêtements, dont certains datent du XIXe siècle, sont présentés avec un éclairage très tamisé afin de préserver les fibres et les couleurs.

du mardi au samedi de 10h à 18h
Lieu : Abbaye de Belleperche - 82700 Cordes Tolosannes - tel 05 63 95 62 75

D'autres billets sur les kimonos : ici  et ici...

Vos prochains rendez-vous sur l’agenda...

 
Kimonos
Lire la suite

Enquête occitane

21 Avril 2018 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

Encore dix jours pour trouver le lieu exact où est exposé le fragment ci-dessous ! Il s'agit d'une tenture brodée au point «Bargello», avec du fil de soie et de laine sur un canevas unifil datant du XVIIe siècle.

Un premier indice : quelque part en Occitanie (plus précisément dans l'ex-Midi-Pyrénées).
Un deuxième indice : il s'agit d'un objet profane de grande dimension...
Mais, aïe ! il reste seulement dix jours pour trouver de quoi il s'agit, envoyer la réponse à Tanaa qui organise ce concours - avant le 1er mai. La ou les gagnant(es) se verra remettre un kit de tapisserie à l’aiguille élaboré par Tanaa avec lequel on pourra se broder un porte-aiguille ou un porte-monnaie, au choix...

Et gare à ceux qui imaginent qu'avec le point de croix, on a fait le tour de la question comme en témoigne le point «Bargello» du fragment énigmatique ; ce point fait partie de la très vaste famille des points droits. D'origine florentine, le «Bargello» fut très à la mode au XVIIe siècle et très fréquemment utilisé pour garnir des sièges et divers éléments de mobilier. Le «Bargello» est fait de points comptés droits imbriqués de telle sorte qu'ils forment comme des vagues soulignées par un choix judicieux de couleurs qui donnent du relief à l'ouvrage terminé.

Par ailleurs, Tanaa anime régulièrement des ateliers de tapisserie sur canevas, à Toulouse, et dans les environs, pour tous les âges, comme par exemple pour MonToulouseSenior (0800 042 444). En particulier, cet été, en juillet.

Vos prochains rendez-vous sur l’agenda...

Enquête occitane
Lire la suite

Silhouettes

5 Avril 2018 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Lectures textiles, #Billet du jour

Il était une fois un contrôleur des finances qui proposa une réforme complètement extravagante visant à supprimer les exemptions fiscales des certains hauts revenus, à partager les intérêts perçus par les fermiers généraux et même réduire le budget de son souverain. Cela fit grand tapage et le bonhomme dut se retirer de la vie publique*, en banlieue parisienne (dans son château quand même) où il passa désormais ses loisirs à découper des figurines avec la technique de l'ombre chinoise, d'après le buste de ses amis. Bref, à défaut d'avoir retapé les finances du royaume, il a laissé à la postérité cette technique bon marché pour faire des portraits. Et honneur suprême, son nom est devenu un nom commun de la langue française car s'il n'a pas inventé lui-même cette technique, il l'a grandement popularisée.

Puis, le mot silhouette en est venu à désigner la ligne générale du corps et des vêtements qui l'habillent. On parle d'une silhouette élégante... d'une silhouette sportive... Chaque époque de la mode se reconnait à une silhouette particulière, que même les ignares en matière de mode reconnaissent ; ainsi, mes vieux Burda des années 80, avec leurs patrons aux larges épaules... bref, c'est une belle revue des principales silhouettes de la mode de derniers siècles que vous a concoctée le Musée de la mode d'Albi. Jusqu'à la fin de l'année 2018. 

*Cela se passait en 1759. Ce n'est pas de nos jours qu'on verrait de telles abominations. (parmi lesquelles vous choisissez selon votre goût celle qui vous semble la plus abominable, les mesures proposées par M. de Silhouette ou son exil forcé)...

Vos prochains rendez-vous sur l’agenda...

Post-scriptum : à propos de l'évolution de la silhouette au cours des trois derniers siècles, on peut lire le livre de Georges Vigarello «La Silhouette - naissance d'un défi du XVIIIe siècle à nos jours», publié par le Seuil, dans la collection Points-Histoire, en 2012. 

Silhouettes
Lire la suite

Bien commencer novembre...

31 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Couleurs, #Billet du jour

Dominique Cardon, dont il avait été question récemment, a organisé une exposition de plantes tinctoriales dans un jardin extraordinaire. Un chemin de couleurs, puis des tissus de laines ou de soies teintes à partir de végétaux, et dans une serre, un atelier de teinture. Cela se passe à La Bambouseraie (552, rue de Montsauve à Générargues - 30140) et c'est jusqu'au 15 novembre. Donc, pour résumer, un cadre très dépaysant dans les belles lumières de l'automne, cela peut faire un weekend sympa. En novembre, c'est précieux.

Lire la suite

Hessie, Survival Art

3 Octobre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Art textile

Venant de Cuba en France, via un séjour à New York,  au début des années 1960, Carmen Lydia Djuric s'est mise à créer des pièces de broderie avec la technique minimaliste du fil blanc sur tissu blanc. Elle a été une des précurseures de l'art textile en France, bien qu'autodidacte en art, et en broderie aussi d'ailleurs.

«La manière dont Hessie fait sienne une activité longtemps considérée comme archaïque et anonyme par l’histoire la rapproche pourtant des avant-gardes, notamment des développements abstraits du minimalisme, tout comme des mouvements sociaux de libération des femmes. Cette première exposition d’envergure dans un musée français depuis près de quarante ans participe à la redécouverte entamée il y a quelques années d’une artiste longtemps marginalisée par l’histoire de l’art.»

En travaillant des matériaux de la vie quotidienne - et quoi de plus quotidien que le textile - Hessie a exploré tout un langage artistique abstrait, rigoureux. Les amatrices de «jolies» broderies en seront pour leurs frais... car il ne s'agit pas de joliesse ni de production de belles images brodées. En utilisant une technique perçue comme strictement féminine, Hessie, «selon la critique d’art Aline Dallier, fait alors partie des "Nouvelles Pénélopes" qui usent du langage féminin pour le subvertir». Hessie flirta avec le minimalisme, l'arte povera, Support/Surface prenant à chacun de ses mouvements artistiques ce qu'il pouvait apporter à sa démarche artistique, donnant de belles ondulations rythmées aux textiles en raccommodant, reliant, en (re)-donnant vie à des vestiges du quotidien, bien avant que le recyclage ne soit devenu à la mode. En pleine période de Trente Glorieuses, du temps de la consommation de masse sans complexes. Fallait oser !

Hessie réinscrivit la broderie dans les mouvements artistiques de son époque dont elle s'était éloignée depuis le début du XXe siècle pour entrer dans le vaste purgatoire de la mièvrerie et de la reproduction de modèles bien cul-cul. Rien que pour cela, il faut aller voir cette exposition des Abattoirs qui replace la broderie au sein de l'art contemporain.


Du 29 septembre 2017 au 4 mars 2018
Lieu : Les Abattoirs - 76, allées Charles-de-Fitte - 31300 Toulouse -
Tel : 05 62 48 58 00

Hessie, Survival Art
Lire la suite

Découvertes estivales... à Sorrèze

6 Septembre 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

Bon, d'accord, septembre est déjà là et tout le monde est rentré. Mais il y a encore de belles découvertes à faire dans la région et c'est encore l'été.

Où : à l'Abbaye de Sorrèze - jusqu'au 24 septembre 2017

Découvertes estivales... à Sorrèze
Lire la suite

Découvertes estivales... à Paris

20 Août 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

Inextricabilia, enchevêtrements magiques  : ou comment lier, ligoter, enchevêtrer, entrelacer, nouer, entortiller ficelles, cheveux, cordons de toutes sortes, brins d'herbes, de raphia et tant d'autres fibres dans de nombreuses contrées du monde. On y verra aussi de l'art brut, des statuettes africaines, un reliquaire du XVIIe siècle, des œuvres d'Annette Messager, de Louise Bourgeois, d'Erik Dietman, Man Ray et de dizaines d'artistes et d'artisans inconnus

Cette exposition insolite est proposée par un collectionneur et amateur d'objets étranges, c'est joyeux, insolite, dérangeant.

Jusqu'au 1er septembre 2017
Lieu : La maison rouge - 10 boulevard de la Bastille - 75012 Paris

Découvertes estivales... à Paris
Lire la suite

Découvertes estivales... à Troyes

19 Août 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

Voilà une très heureuse collaboration entre l'industrie et la culture avec l'exposition «Tissus en mouvement» qui présente les  tissus de la société Bugis, tricoteur industriel spécialisé dans le tissu-maille de haute-technologie destiné non seulement à l'habillement mais aussi à divers domaines techniques et médicaux. Cette entreprise fête ainsi de façon remarquable ses 60 ans. Souhaitons-lui longue vie et de belles réussites pour ses dirigeants et ses ouvriers.

Jusqu'au 10 décembre 2017
Lieu : Musée de la Bonneterie - Place Alexandre-Israël - 10026 Troyes

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Découvertes estivales... à Troyes
Lire la suite

Découvertes estivales... à Chazelles-sur-Lyon

18 Août 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

Voyages au bout du feutre présente une centaine de créations contemporaines réalisées pas 23 feutriers européens.

Technique vieille d'au moins 7 000 ans, la technique du feutrage est revisitée de nos jours par de très nombreux designers et artistes.

Avec comme d'hab' désormais dans de nombreuses expositions textiles toute une programmation de visites guidées, de conférences, d'ateliers pour les grands et les petits.

Jusqu'au 1er octobre 2017
Lieu : Atelier-Musée du chapeau - La Chapellerie - 31, rue Martouret - 42140 Chazelles-sur-Lyon

 

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Lire la suite

Découvertes estivales... à Saint-Étienne

17 Août 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

Tisseuse de lumière, entre tradition et innovation : tissage à base de fibre optique en un style épuré.

Dans un lieu diabolique... avec plein chocolat, aïe ! exposition des œuvres de Lyse Drouaine qui  a été sélectionnée par la Cité du design dans le cadre du Off de la Biennale Internationale du Design 2017 de Saint-Étienne

Jusqu'au 31 août 2017
Lieu : Les Ateliers Weiss, (Maison de la Chocolaterie) - 1 Rue Eugène Weiss - 42000 Saint-Étienne

 

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Découvertes estivales... à Saint-Étienne
Lire la suite

Découvertes estivales... à Charmey, en Suisse

16 Août 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

La neuvième triennale internationale du papier invite 69 artistes de 19 pays à s’exprimer avec cette matière si proche, par bien des côtés du textile. Mais aussi si différente... On y verra du papier récupéré ou fabriqué, lacéré, déchiré, façonné, découpé, collé, bref, du papier qui n'a pas dit son dernier mot alors que d'aucuns ont pu croire qu'il serait enterré par le numérique et le plastique.

Jusqu'au 8 octobre 2017
Lieu : Musée de Charmey - 1637 Charmey - Suissep puor

À défaut d'aller en Suisse, on peut trouver ici quelques titres de livres sur le papier pour pratiquer soi-même l'art du papier.

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Découvertes estivales... à Charmey, en Suisse
Lire la suite

Découvertes estivales... à Charlieu

15 Août 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Musées, #Billet du jour

Itinérances, avec les œuvres d'Hélène Jospé, spécialiste de la technique du batik, à laquelle se sont associées deux brodeuses professionnelles, autour du thème des voyages, volontaires ou forcés.

Jusqu'au 20 décembre 2017
Lieu : Musée de Charlieu de la soierie - 9, Bd Général Leclerc - 42190 Charlieu

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Découvertes estivales... à Charlieu
Lire la suite

Découvertes estivales... à Florence

14 Août 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

C'est Olivier Saillard, historien de la mode et performeur, directeur du Musée Galliera, qui est le commissaire de l'exposition «Musée éphémère de la mode» dans le cadre prestigieux du Palazzo Pitti.

Jusqu'au 22 octobre 2017
Lieu : Palazzo Pitti - Florence - Italie -

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Lire la suite

Découvertes estivales... à Venise

12 Août 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Explorations textiles, #Billet du jour

Sheila Hicks et Maria Lai à «Viva Arte Viva», soit deux grandes dames de l'art textile dans le cadre de la 57e Biennale de Venise. Mais elles ne sont pas les seules à y présenter des œuvres textiles comme on peut le voir ici.

Jusqu'au 26 novembre 2017

Lieu : Venise

Vos prochains rendez-vous textiles à Toulouse
et dans ses environs...

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>