Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Tata-Georgette

Articles avec #le nez en l'air tag

Odeurs du temps

15 Mai 2017 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Le nez en l'air

«A-t-on perdu le sens de l’odorat ? Le silence olfactif de notre environnement désodorisé est récent : il résulte de la révolution perceptive qui a eu lieu entre 1750 et 1880 en Europe (Alain Corbin). Les odeurs ont pourtant une histoire : chaque société possède sa manière de sentir, de percevoir le monde, en rapport avec un système de représentations singulier. Pour appréhender la culture olfactive, dépaysante, des mondes anciens, l’historien interprète les traces, évanescentes et éparses, laissées par les données sensibles, à la lumière de l’anthropologie et de la littérature.»

C'est ce que nous explorerons avec Jean-Pierre Albert, Adeline Grand-Clément et Isabelle Serca lors de la conférence « Odeurs du temps, volutes d’encens : histoire, anthropologie et littérature en résonance» qu'ils donneront au Quai des savoirs, le samedi 20 mai 2017, à 10h30.

 

Lire la suite

Un musée pour le nez

16 Décembre 2016 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Le nez en l'air, #Musées

Comment exposer l'impalpable dans un musée ? c'est le pari relevé par le Grand Musée du Parfum, à Paris qui est inauguré aujourd'hui. La scénographie choisie est résolument épurée, tout est fait pour que l'odorat soit roi afin que l'odorat ne soit pas perturbé par les autres sens.

Le visiteur suit un parcours qui lui fait découvrir l'histoire du parfum, les principales matières premières choisies par les parfumeurs, la chimie des odeurs, la mémoire olfactive et pour finir l'art du parfumeur.

Il y avait déjà des musées consacrés au parfum mais ils sont la propriété d'une marque comme Fragonard par exemple, sans compter le Musée de Grasse, centre historique de la production du parfum en France. Dans le cas du Grand Musée de Parfum, toute l'industrie du parfum soutient ce nouveau musée qui sera comme une vitrine du monde des parfums. Et bien sûr, on y trouvera une boutique entièrement consacrée au parfum, avec livres, parfums, et même un bar à fleurs. Un seul couac à tout cela : c'est à Paris, loin des pauvres nez toulousains !

Lieu : 73, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris -
Pour y aller :  L'autopartage avec Citiz 

Un musée pour le nez
Lire la suite

Tous les parfums du monde

4 Décembre 2016 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Le nez en l'air

Arte consacre une série documentaire en quatre épisodes aux parfums du monde. Lundi 5 il sera question de la lavande, mardi 6 ce sera le tour du santal, mercredi 7 la fève tonka et jeudi 8 l'ylang-ylang.  Donc quatre jours d'affilée, à 19h.

Chaque épisode dure 44 minutes et si vous en ratez un, l'ensemble de la série sera à nouveau diffusée au tout début janvier. Ou en ligne sur Arte+7.

Pour en savoir plus : ARTE

Tous les parfums du monde
Lire la suite

Nez d'automne

20 Octobre 2016 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Le nez en l'air

Nez, LA revue olfactive semestrielle sort son deuxième numéro aujourd’hui.

Le premier donnait déjà le ton avec un contenu très riche, consacré à l’odorat, pas seulement aux parfums vendus en flacons, avec le but proclamé d’instaurer une véritable culture olfactive, comme il y a une culture musicale ou visuelle avec la peinture, le dessin, la photographie. Dans ce deuxième numéro, on poursuit la découverte du monde du bout du nez (le sang, le métro,...), on recherche les liens entre l'odorat et les autres sens, des écrivains nous parlent de leur nez. Il y a même une critique olfactive, comme il y a une critique cinématographique ou littéraire, et beaucoup d'autres choses encore.

À Toulouse : chez Ombres blanches, chez certains parfumeurs

On peut aussi s’abonner ici.

Nez d'automne
Lire la suite

Le nez dans le mooc...

3 Octobre 2016 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Le nez en l'air

Le nez est au centre du visage mais qui se soucie de son éducation ? voilà chose faite par l'Ipsica qui propose un mooc qui commencera le 31 octobre.

Je décrypte...
- Ipsica : c'est l'Institut supérieur international du parfum, de la cosmétique et de l'aromatique alimentaire, situé à Versailles, organisme de formation professionnelle supérieure pour l'industrie.
- Mooc : c'est  un massive open online course en british ou si vous préférez un FLOT en français, acronyme de formation en ligne ouverte à tous.

Ce cours en ligne qui durera quatre semaines est ouvert à tous. Il faut pouvoir y consacrer trois à quatre heures par semaines. Et pour s'inscrire, c'est gratuit et c'est ici.

 

Le nez dans le mooc...
Lire la suite

L'arbre de juin

17 Juin 2016 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Le nez en l'air

Qui se promène en cette période de l'année dans le centre de Toulouse sent le parfum délicat, subtil et apaisant des nombreux tilleuls en fleurs.

Comme le tilleul pousse relativement rapidement, qu'il résiste très bien aux pollutions citadines et qu'il a fière allure avec son beau volume sous lequel on peut circuler à l'ombre, on le plante souvent sur les places ou le long des allées et avenues. D'ailleurs, ce fut très souvent le tilleul qui fut choisi pour être planté comme arbre de la liberté, en 1792, au moment de la Révolution française.

Si le tilleul est surtout réputé pour pour ses usages médicinaux, à partir des fleurs ou de l'aubier et des bourgeons, il a aussi des usages textiles. Son écorce interne est encore utilisée pour faire des cordes et des ficelles.

Les Japonais font même un tissu assez raffiné à partir de cette fibre extraite de l'écorce. «Shinafu» cela signifie «tissu de tilleul», utilisé pour les vêtements d'extérieur, des draps, des sacs et divers articles. Mais comme le traitement de cette fibre n'a pas été mécanisé, sa production a régressé, jusqu'à devenir uniquement une production domestique, à usage familial. De plus, elle a subi la très puissante concurrence du coton et des fibres synthétiques depuis un siècle. C'est une étoffe d'une belle couleur beige chaud, si on ne la colore pas, et très solide, d'une belle texture sèche. Étoffe rare, très confidentielle, en tout cas.

Lire la suite

Savon de Marseille

9 Février 2016 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Ça n'a rien à voir quoique..., #Le nez en l'air

Le vrai savon de Marseille, est constitué à 72% d'huile d'olive, et pour le reste de soude. Il n'assèche pas la peau et peut être utilisé sans dommage pour la toilette, le linge, le ménage ; il est naturellement bactéricide, dégraissant, bref de grandes qualités hygiéniques. Il est aisément reconnaissable : un cube de 400g, portant la mention «72% d'huile d'olive» sur une de ses faces, le nom du savonnier sur une autre face. Il est économique à l'achat et dure longtemps (si on ne le laisse pas tremper dans l'eau entre chaque utilisation), n'est pas polluant.

Or, ce que l'on appelle communément «savon de Marseille» relève de la méthode de saponification dite «marseillaise», mise au point par Leblanc qui est réglementée par la directive CE 76/768 puis par le règlement (CE) 1223/2009 relatifs à la mise sur le marché des produits cosmétiques, d'hygiène et de toilette qui limite certes les additifs mais ne les interdit pas. Le résultat est qu'aujourd'hui, une bonne part du savon «dit de Marseille» est fabriquée en Asie, en Turquie, et incorpore de nombreux ingrédients tels que colorants, parfums de synthèse, conservateurs, tensio-actifs de synthèse, agents anticalcaires, huile de palme, etc. qui sont pour un grand nombre des allergènes (déclenchant des eczémas et autres irritations de la peau et des polluants pour nos cours d'eau.

Seules quelques savonneries provençales ont pu à ce jour se maintenir face à ces imitations massives, mais leur sauvegarde sera beaucoup mieux assurée par la mise en place d'une IGP (Indication géographique protégée) afin d'assurer aux consommateurs une hygiène quotidienne avec un VRAI savon de Marseille que l'on trouve à Toulouse dans toutes les bonnes drogueries, les rayons hygiène des magasins bio et quelques grandes surfaces ! C'est ce que demande la pétition ci-dessous : Sauvons le savon de Marseille !

Savon de Marseille
Lire la suite

N'abandonnez pas votre chien...

1 Août 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Ça n'a rien à voir quoique..., #Le nez en l'air

Vous allez bientôt partir en vacances, mais de grâce n'abandonnez pas votre chien au bord de la route comme tous ces malheureux animaux que récupère la SPA, chaque année. Cet acte criminel est puni par l'article 521-1 du Code pénal (jusqu'à 2 ans d'emprisonnement, 30 000€ d'amende) car l'animal ainsi abandonné est bien souvent condamné à mort.

Soyez plutôt prévoyant et préparez l'hiver en envoyant les poils de votre chien que vous récupérez au fur et à mesure des brossages à Dourré Jalat-Dehen (Dogwool) qui vous filera une fibre 100% canine qui a la particularité d'être très chaude, et qui ne sent rien, la laine obtenue est unique, à partir des couleurs naturelles du chien comme elle l'explique fort bien sur son site. C'est une laine douce et facile à tricoter. En plus, c'est autrement plus snob et rare que de porter de l'alpaga, de la soie et même de la vigogne. Et elle protège des rhumatismes...

Mais il vous faudra être patient car pour fournir un pull pour un adulte, il faut environ trois ans de brossage réguliers, et si possible pas sur un teckel... Donc, n'abandonnez pas votre chien, tricotez-le !

Attention : n'envoyez pas les poils de votre chat, mais ce n'est pas une raison pour l'abandonner.

Lire la suite

Pipi sur le tapis ?

16 Mai 2015 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Le nez en l'air

Aïe ! jolie minette a fait pipi sur le tapis ! voilà une odeur bien persistante dans la maison.

Pour s’en débarrasser, mélangez 2 cuillères à soupe d’eau oxygénée, 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude, 2 cuillères à soupe de liquide vaisselle (écologique, bien sûr) avec 50cl d’eau tiède. Versez le mélange dans un vaporisateur et aspergez la scène du crime pour bien l'humecter. Il est préférable de tester le mélange, au préalable, sur une partie non visible du tapis.

Au bout de 10 minutes, rincez abondamment à l’eau claire et épongez. Pour compléter le traitement, on peut vaporiser ensuite un mélange de vinaigre blanc, d’eau et de quelques gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée ; les chats n’appréciant pas l'odeur de la menthe poivrée, cela met un terme aux velléités de récidive.

Mais, il faut se souvenir que les chats utilisent ce moyen pour nous signifier un mécontentement, donc, n’oubliez pas la séance d’introspection psy... pour découvrir ce qui a pu irriter votre compagnon à quatre pattes.

Lire la suite

Lavoir écologique

26 Juin 2014 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Le nez en l'air

En 2022, le perchloroéthylène, solvant nocif pour l'environnement et cancérigène, mais encore largement employé dans les pressing pour le nettoyage à sec sera totalement interdit en France. Peu à peu, les pressings adaptent leurs machines et leurs processus et bientôt aura disparu cette odeur insistante, entêtante, légèrement piquante du bon vieux perchlo. D'ailleurs, il est vivement conseillé d'aérer les vêtements qui sortent d'un nettoyage à sec.

Depuis un an, un pressing propose une formule sans perchloroéthylène et avec une maitrise des consommations en eau et donc le linge sent bon en sortant du nettoyage. On y trouve même un service de teinture naturelle au pigment de pastel pour voir la vie en bleu. Très utile pour teindre de grandes pièces comme des draps, des nappes, des rideaux. Sinon on y trouve tous les services ordinaires des pressings, avec des formules d'abonnement, du repassage, des chemises sur cintre ou pliées.

Pour en savoir plus : Lavoir
3, esplanade Compans Caffarelli - à côté de la sortie du métro
- tel 05 61 21 67 51

Lire la suite

La saison des chatsmours

11 Avril 2014 , Rédigé par Tata Georgette Publié dans #Le nez en l'air

Mercredi dernier avait lieu le premier atelier en plein air, au Jardin japonais, à proximité du pavillon de thé. Bonne idée ! le temps était ensoleillé, le fond de l'air tiède. Mais le pavillon de thé est aussi le point de rendez-vous des chats du quartier, la nuit quand les humains ont quitté la place... d'où une senteur musquée, insistante, âcre de toutes les traces urinaires laissées par les matous en maraude et que je n'avais pas détectée lors du repérage du lieu, à la fin de l'hiver. Bref, il nous fallut décamper et installer nos aiguilles et bobines à quelque distance.

Bref, les prochains rendez-vous en plein-air auront lieu au Jardin Compans Caffarelli, mais allée Charles-Denat, près de la buvette. Autant en profiter pour s'installer près du ravitaillement !

Lire la suite