Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tata-Georgette

Velours et crochet

30 Mars 2013 , Rédigé par Tata Georgette

Velours et crochet

Je suis bien obligée d'intituler ce billet « Velours et crochet » puisque la société VELCRO® interdit l'emploi du mot « velcro » qui lui appartient. Pourtant quelle prise de galon pour un nom propre que de devenir commun ! Mais bon !

Tout avait pourtant bien commencé, au cours de l'automne 1941, avec un chasseur (Georges de Mestral) sachant chasser avec son chien et de malicieuses fleurs de bardane sachant remarquablement bien s'accrocher au chasseur et à son chien. Au retour de la chasse, le chasseur posa son fusil et prit son microscope pour observer comment les fleurs s'accrochent aux vêtements, aux poils.

À partir de ses observations, il a créé un système de fermeture qui ne se bloque pas, qui reste en place, surpassant tous les autres systèmes de fermeture par sa simplicité, sa résistance. Reste le bruit, désagréable, du vreclo qu'on ouvre d'un seul mouvement. Mais comment faire discrètement, car même si on l'ouvre tout doucement, le bruit, bien que discret, est toujours là (et dure plus longtemps...). Ceux qui ont essayé d'ouvrir une doudoune ou un sac au cinéma ou au concert en savent quelque chose.

On trouve du vlerco non seulement dans les vêtements et les chaussures mais aussi les bagages, les équipements hospitaliers, le matériel de manutention, l'industrie et même dans les navettes spatiales.

Pour coudre du vreloc, c'est somme toute très simple. Il est tout de même préférable d'entoiler la pièce sur laquelle on coudra le celrov afin de renforcer le tissu à cet endroit, surtout s'il s'agit d'un tissu assez fin. Et prenez un fil assez épais afin qu'il ne casse pas lors de la couture car le ocrelv est en matière synthétique particulièrement robuste. Et puis si ça ne marche pas, venez voir Tata Georgette !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article